CNRS

Elections CS et CSI du CNRS : Candidat-e-s Sgen-CFDT Recherche EPST

Posted on Updated on

Du 4 juin au 9 juillet 2018 : Elections des représentants du personnel au Conseil Scientifique et aux Conseils Scientifiques d’Institut du CNRS 

Le Conseil Scientifique veille à la cohérence de la politique scientifique du CNRS et donne son avis sur ses grandes orientations.
Les Conseils Scientifiques d’Institut, par leurs avis et leurs recommandations, conseillent et assistent les Directeurs d’Institut de manière prospective sur la pertinence et l’opportunité des projets et activités des Instituts. Ils interagissent aussi avec les sections dans le cadre de la politique de recrutement et d’avancement du CNRS. Les représentants Sgen-CFDT agirons pour un rôle accru et plus incisif des CSI dans la mise en œuvre et le suivi de la politique scientifique du CNRS.

 

LIENS : Pourquoi voter pour le SgenNos professions de foi

 

Nos candidats :

Conseil scientifique :

A1 B1 C A2  B2
SANDRE Olivier
GIARD Martin
de BOISSIEU Marc
RIERA Bernard
CHABBERT Marie
SAILLANT Pierre-Yves
DOUBROVINE Nathalie
LEVY Clara
ANDRES Eric
MISKA Patrice
TEXIER Michael

Conseils Scientifiques d’Institut :

CSI A1 B1 C A2 B2
INSB GUALBERTO José
BARTOLI Marc
CHABBERT Marie CROCE Olivier
IMMEL Françoise
GOMA-DONCESCU Nathalie
BIOT Christophe FRACHET Philippe
INC SANDRE Olivier
GUERRA Maria-Filomena
MAMANE Victor BERTRAND URBANIAK Marylène
BEAUVINEAU Claire
GARNIER Christian
STIEVANO Lorenzo
RIVES Alain
NIEBEL Claude
ROLLAND Marc
INP FREYSZ Eric ETIENNE Jocelyn VEZIAN Stéphane
IHIAWAKRIM Dris
BERGERET Bernadette
ABADIAS Grégory
VAIENTI Sandro
TEXIER Michael
INSHS DUBOIS Michel
SAYN Isabelle
LANGUE Frédérique
LAZARIS Stavros CHAABANE Naceur
DOM Véronique
FALCK Valérie
TILLARD Bernadette OGHINA Cristiana
TERRIEUX Agnès
INSIS GILLON Pascale
GREMILLARD Laurent
MICHRAFY Abderrahim
BUNEL Ariane
DOUBROVINE Nathalie
NOURY Norbert
FABREGUE Damien
MARCHAL Frédéric
INS2I NIKOLSKI Marie TREBOSC David
DAYRE Pascal
CAMPS Frédéric
CASSAR Jean-Philippe
CHESNEAUX Jean-Marie
SIMEU-ABAZI Zineb DONCESCU Andrei
INSMI CALVEZ Vincent EL MAMOUNI Said  BARTHELEMY Pierre
BOUILLET Françoise
ZANI Marguerite
INSU MARTIN Roland
BRAU-NOGUE Sylvie
HOLLE Eléonore
CLAUSEN Sébastien
INEE RIERA Bernard QUEFFELEC Alain
TISSIER Evelyne
GUILLORY Nathalie
DUBREUIL Vincent
ROBIN Jean-Paul
IN2P3 YAMOUNI Mahfoud
PERROT Luc
KIHEL Safia

 

Choisir le Sgen-CFDT :

C’est choisir la transparence et refuser l’arbitraire

C’est associer défense des personnels et qualité de la recherche

C’est défendre et promouvoir un véritable service public de recherche

 Votez et faites voter pour les candidats soutenus par le Sgen-CFDT

Elections CS et CSI du CNRS : Votez Sgen-CFDT aux Conseil Scientifique et Conseils Scientifiques d’Institut du CNRS

Posted on Updated on

Du 4 juin au 9 juillet 2018 : Elections des représentants du personnel au Conseil Scientifique et aux Conseils Scientifiques d’Institut du CNRS 

Les représentants Sgen-CFDT s’engageront pour faire entendre la voix de tous les personnels des unités de recherche et de service CNRS.

Le CNRS doit réaffirmer sa fonction d’opérateur de recherche national et indépendant pour laquelle il a été créé. La mission première du CNRS est, et doit rester, l’accroissement et le développement des connaissances.

Le CNRS doit avoir une direction scientifique volontariste qui affirme ses priorités après consultation de ses conseils :

  • le recrutement du personnel permanent -de toutes les catégories- pour compenser les 1022 emplois IT et 504 emplois chercheurs supprimés entre 2006 et 2016
  • la limitation des recrutements de CDD sur contrat de projets pour éviter la précarisation croissante des personnels de la recherche
  • une inversion rapide des proportions des financements appels à projet/soutien de base des unités pour garantir l’indépendance de la Recherche

Le Sgen-CFDT est attaché à un partenariat réellement équilibré avec les Universités et les autres organismes où chacun a la même légitimité et des attributions clairement définies.

 

Choisir le Sgen-CFDT :

C’est choisir la transparence et refuser l’arbitraire
C’est associer défense des personnels et qualité de la recherche
C’est défendre et promouvoir un véritable service public de recherche
 Votez et faites voter pour les candidats soutenus par le Sgen-CFDT

LIENS : Nos candidat-e-s – Nos professions de foi

Le Conseil Scientifique veille à la cohérence de la politique scientifique du CNRS et donne son avis sur ses grandes orientations.
Les Conseils Scientifiques d’Institut, par leurs avis et leurs recommandations, conseillent et assistent les Directeurs d’Institut de manière prospective sur la pertinence et l’opportunité des projets et activités des Instituts. Ils interagissent aussi avec les sections dans le cadre de la politique de recrutement et d’avancement du CNRS. Les représentants Sgen-CFDT agirons pour un rôle accru et plus incisif des CSI dans la mise en œuvre et le suivi de la politique scientifique du CNRS.

Elections CS et CSI du CNRS : Profession de foi des candidat-e-s Sgen-CFDT Recherche EPST

Posted on Updated on

Du 4 juin au 9 juillet 2018 : Elections des représentants du personnel au Conseil Scientifique et aux Conseils Scientifiques d’Institut du CNRS 

Le Conseil Scientifique veille à la cohérence de la politique scientifique du CNRS et donne son avis sur ses grandes orientations.
Les Conseils Scientifiques d’Institut, par leurs avis et leurs recommandations, conseillent et assistent les Directeurs d’Institut de manière prospective sur la pertinence et l’opportunité des projets et activités des Instituts. Ils interagissent aussi avec les sections dans le cadre de la politique de recrutement et d’avancement du CNRS. Les représentants Sgen-CFDT agirons pour un rôle accru et plus incisif des CSI dans la mise en œuvre et le suivi de la politique scientifique du CNRS.

 

LIENS : Pourquoi voter pour le SgenNos candidat-e-s

 

Retrouvez tous les détails dans notre profession de foi :

Collège A1, A2, B1 et B2 (Chercheurs) :


Cliquez sur l’image pour agrandir la Profession de foi

Collège C (ITA) :

Cliquez sur l’image pour agrandir la Profession de foi

 

Choisir le Sgen-CFDT :

C’est choisir la transparence et refuser l’arbitraire

C’est associer défense des personnels et qualité de la recherche

C’est défendre et promouvoir un véritable service public de recherche

 Votez et faites voter pour les candidats soutenus par le Sgen-CFDT

Délégation Centre Limousin Poitou-Charentes : Demande de rencontre Président CNRS

Posted on

Lettre ouverte au président du CNRS des syndicats de la DR8

 

Orléans, le 27 Juillet 2017

Réf : contact-intersyndicale@cnrs-orleans.fr

 

Monsieur le Président Directeur Général,

Les conditions de travailde nombreux agents CNRS travaillant en région Centre Limousin
Poitou Charentes sont difficiles. Une des raisons est l’absence depuis plus d’un an d’un délégué
régional de plein exercice où un campus CNRS exige des personnels une forte implication. Le
manque d’information sur l’éventuel changement de périmètre de la délégation est aussi
déstabilisant. De plus, les collègues s’inquiètent du délaissement de nos Régions par l’Etat dans
le domaine de la recherche qui fait écho aux difficultés rencontrées pour élaborer avec les
partenaires universitaires sur site les projets de collaboration de recherche de taille permettant
de réussir aux Appels à Projets du PIA.

Au nom des représentants des personnels du campus CNRS d’Orléans, nous sollicitons un
rendez‐vous lors de votre visite à Orléans le 11 Juin de la délégation régionale et de ses
personnels pour échanger sur cette situation. Si l’emploi de votre temps est trop contraint, nous
sommes également disponibles pour un entretien à définir rapidement sur ces questions.

Persuadés de l’attention que vous porterez à notre demande, nous vous prions d’agréer,
Monsieur le Président Directeur Général nos salutations respectueuses.

Les syndicats du Campus CNRS Orléans soussignés

SGEN-CFDT Recherche EPST, Sud-Recherec EPST, SNCS-FSU, CGT, SNPREES-FO

Télétravail au CNRS : Plusieurs avancées en faveur des agents

Posted on Updated on

Télétravail au CNRS :
Plusieurs avancées en faveur des agents

Le Sgen-CFDT RechercheEPST a demandé et obtenu le respect du décret et de l’arrêté portant sur le télétravail pour leur application au CNRS(1).

L’impact de ces changements :

  • Le CNRS va publier de simples recommandations et non plus des obligations
  • Ces « lignes directrices » ne pourront justifier le refus d’une demande de télétravail qui pourrait s’en écarter
  • Un agent pourra demander jusqu’à 3 jours de télétravail par semaine, même si le CNRS propose de limiter ce nombre à un seul jour
  • La demande de télétravail est transmise au délégué régional par l’agent et non plus par le directeur d’unité
  • Ce n’est plus le CNRS mais l’unité ou le service qui fixera les jours de présence sur le lieu d’affectation en l’adaptant à leurs contraintes de fonctionnement locales

Les points sur lesquels le Sgen-CFDT RechercheEPST sera attentif :

  • L’accès au dispositif pour tous : l’agent pourra exercer du télétravail même si ses tâches sont majoritairement inéligibles(2)
  • La communication : Les agents et responsables devront être informés du fait que les lignes directrices du CNRS sont des recommandations et non des directives
  • Le coût du certificat de conformité ou le surcoût éventuel d’assurance : le décret ministériel(3) prévoit une prise en charge des coûts découlant du télétravail qui ne doivent pas être supportés par l’agent
  • L’implication du CCHSCT dans la rédaction des guides sur le télétravail
  • L’adéquation entre le poste informatique fourni et la nature du travail de l’agent et le fait que ce ne soit pas un matériel partagé entre plusieurs agents
  • Les tiers lieux doivent être étudiés au plus tôt, pour que les télétravailleurs puissent disposer d’un lieu de travail adapté proche de chez eux
  • Que la mise en œuvre du télétravail soit effective avant la fin de l’année

En outre, notre syndicat accompagnera les agents qui pensent ne pas pouvoir télétravailler ou qui essuient un refus de la part de leur direction.

Le télétravail est une avancée sociale.
Le Sgen-CFDT RechercheEPST s’assurera qu’il s’appliquera à tous les agents du CNRS dans les meilleures conditions.

(1)    Des « Lignes directrices » sont en préparation et prennent en compte un certain nombre de nos demandes

(2)    Arrêté du 3 novembre 2017 ; Article 2 : «  L’inéligibilité de certaines activités au télétravail, si celles-ci ne constituent pas la totalité des activités exercées par l’agent, ne s’oppose pas à la possibilité pour l’agent d’accéder au télétravail dès lors qu’un volume suffisant d’activités en télétravail peut être identifié et regroupé. »

(3)    Décret 2016-151 du 11 février 2016 ; Article 6 : « L’employeur prend en charge les coûts découlant directement de l’exercice des fonctions en télétravail, notamment le coût des matériels, logiciels, abonnements, communications et outils ainsi que de la maintenance de ceux-ci.

Notre déclaration au Comité Technique du CNRS : https://epst-sgen-cfdt.org/?p=2667
Nos précédentes communications sur le télétravail:  https://epst-sgen-cfdt.org/?tag=teletravail

Déclaration commune des Organisations Syndicales du CNRS sur le maintien du CT et du CHSCT au CNRS

Posted on Updated on

Déclaration commune des Organisations Syndicales du CNRS
sur le maintien du CT et du CHSCT au CNRS
CT du CNRS du 31 mai 2018

Le comité technique du CNRS, réuni le 31 mai 2018, a pris connaissance des propositions du gouvernement dans le cadre du chantier « dialogue social » des réformes de la Fonction Publique Actions Publiques 2022, notamment des projets de fusion des instances représentatives des personnels, Comités Techniques – CT- et Comités d’Hygiène Sécurité Conditions de Travail – CHSCT.

Le comité technique du CNRS déclare être attaché au maintien, à l’amélioration, voire au renforcement, du rôle spécifique du Comité Technique et du CHSCT du CNRS. En effet, nous considérons comme un atout pour analyser, échanger et apporter des réponses constructives, le fait d’avoir deux instances distinctes, ayant pour compétence de travailler sur des enjeux spécifiques clairement identifiés. Dans les organismes de recherche tel que le CNRS où toutes les problématiques d’hygiène et de sécurité que l’on peut trouver dans le milieu du travail sont rassemblées, la présence d’une instance CHSCT est cruciale. Le retour impromptu et inopiné à une instance unique au CNRS aurait comme conséquence d’affaiblir et de diluer le travail à mener sur des thématiques très différentes et dont l’importance justifie une approche et des moyens qui ne sauraient être édulcorés.

Le comité technique du CNRS affirme également l’importance du maintien des CHSCT spéciaux par Délégation régionale du CNRS qui travaillent au plus près des personnels et de l’administration déconcentrée.

 

Comité Technique CNRS : Déclaration sur le télétravail – CT du 31 mai

Posted on Updated on

Déclaration sur le télétravail
Comité Technique CNRS du 31 mai

 

Le SGEN CFDT Recherche EPST se réjouit des nouvelles propositions du CNRS sur le télétravail qui, au travers de simples recommandations et préconisations aux directeurs d’unité, respecte le décret et l’arrêté portant son application.

Nous demandons à la direction de l’établissement que la communication qu’elle réalisera précise bien qu’il s’agit de recommandations et non pas de contraintes.

Notre syndicat demande également à la direction du CNRS de prendre en compte les préconisations  des représentants du personnel du CCHSCT, notamment celles concernant les équipements à disposition des agents ou celles concernant l’organisation des unités.

Le Télétravail est une avancée sociale et le CNRS se doit de mettre tout en place pour améliorer la qualité de vie au travail de ses agents.

Le SGEN CFDT Recherche EPST s’en assurera.

 

Retrouvez nos articles sur le télétravail sur notre site web : https://epst-sgen-cfdt.org/?tag=teletravail

Les agents en souffrance à l’Inist ne sont pas responsables des 30 années de mauvais choix politiques

Posted on

Les agents en souffrance à l’Inist ne sont pas responsables des 30 années de mauvais choix politiques
Aujourd’hui l’Inist, à qui le tour demain ?

Le Sgen-CFDT RechercheEPST attire l’attention des agents du CNRS sur la situation très difficile que vivent les personnels de l’Inist à Nancy et qui pourrait s’appliquer à tous les personnels d’unité en difficulté.

Cette situation, entrainant pour certains agents l’émergence de risques psychosociaux, est le résultat d’une mauvaise gestion de l’Institut depuis plus de 30 ans, aggravée par de nouvelles procédures RH mises en place dans le cadre d’une Nième restructuration.

Cette restructuration, basée en particulier sur un projet non finalisé, positionne hors Inist un grand nombre d’agents des fonctions support.

Le Sgen-CFDT Recherche EPST dénonce l’accompagnement RH qui intègre des dispositifs non statutaires, notamment :

la mission « découverte », sans poste à la clef ni de retour possible à l’Inist pour l’agent : ce dispositif n’a jamais été discuté en Comité technique (CT) du CNRS ;
la mission « pérennisable », qui n’offre aucune garantie de poste à son terme, malgré un investissement d’un an de l’agent : si cette mission n’aboutit pas à son intégration, aucune garantie n’est donnée à l’agent qu’il trouvera un autre poste dans le délai imparti.
Ceci ressemble à l’application détournée des articles 240 et 241 du décret n°83-1260 !

Ce que le Sgen-CFDT Recherche EPST revendique :

Une prise en compte dans les plus hautes instances du CNRS des risques psychosociaux encourus par les agents concernés ;
Une véritable politique de repositionnement statutaire passant en priorité par des NOEMI et des FSEP, comme convenu avec les Organisations syndicales, postes qui ne sont pas débloqués à ce jour ;
Des garanties sur l’avenir des agents qui seraient en situation d’échec de repositionnement.
Ce que le Sgen-CFDT Recherche EPST a mis en place :

Une remontée régulière de ses revendications dans les instances Hygiène et sécurité en région et au national ;
Un point de rappel à chaque réunion DRH/OS tant qu’une solution ne sera pas trouvée ;
Une action en CCHSCT pour dénoncer, analyser, voire inverser ces procédures et, pour celles déjà engagées, la mise en place d’un suivi à long terme.

Le Sgen-CFDT Recherche EPST dénoncera sans relâche les actions de la direction contraires aux intérêts des agents.

Avancement au choix : Taux de pression au CNRS 2019

Posted on Updated on

Nombre de promotions
versus
nombre de promouvables

Pour chaque changement de corps ou de grade, le nombre d’agents pouvant être promus est largement inférieur au nombre d’agents proposés, qui est lui même inférieur au nombre d’agents proposables.
Ce processus de sélection est expliqué sur cette infographie.

Répartition des possibilités de promotion 2019 par BAP pour les corps, grades ITA et l’échelon spécial des Ingénieurs de Recherche Hors Classe.


Cliquez sur l’image pour l’agrandir

 

Vous pouvez retrouver les tableaux des années précédentes sur cette page : “Avancement au choix : Taux de pression au CNRS 2016 / 2017″

REVALORISATION DE LA PRIME CHERCHEUR : c’est URGENT !

Posted on Updated on

  REVALORISATION DE LA PRIME CHERCHEUR : c’est URGENT !

Le montant de la « prime Chercheur » dans son format actuel est scandaleusement bas : environ 1 000 euros1 brut par an (80 euros brut par mois).

C’est 7 fois moins que le montant de la prime minimum versée à tout Ingénieur de recherche2. Rien ne justifie un tel écart entre des agents qui ont, pour le moins, le même niveau de formation et portent des responsabilités comparables.

Le montant de la prime chercheur est l’un des plus bas de toute la fonction publique d’état, toutes catégories confondues !

Pourquoi un tel traitement ?

Cette injustice doit être réparée dans les meilleurs délais :

Le Sgen-CFDT RechercheEPST

  • réclame une hausse de la prime pour tous les chercheurs à un niveau correspondant à celui des IR des EPST,
  • exige du ministère le déblocage des crédits nécessaires 

 

(1) Au CNRS, les deux tiers des chercheurs ne touchent que la « prime chercheur » : 930 euros … par an  (1 113 euros pour les DR2). En plus de cette prime (bilan social 2016), 12% des chercheurs perçoivent une Indemnité spécifique pour fonctions d’intérêt collectif (ISFIC)  d’un montant moyen de 6 979 euros et 22% des chercheurs touchent une Prime d’encadrement doctoral et de recherche (PEDR) d’un montant moyen de 3 706 euros.
(2) Montant du socle indemnitaire IFSE au CNRS pour un IR1 (ce que perçoit un IR1 au minimum) : 7 116 euros (hors CIA et garantie indemnitaire PFI).

Glossaire des sigles et acronymes : https://epst-sgen-cfdt.org/?p=2393