CA

L’emploi scientifique au CNRS s’engage vers un décrochage inédit

Posted on Updated on

Déclaration des représentants du personnel (SGEN-CFDT Recherche EPST, SNCS-FSU, SNPTES, SNTRS-CGT, Sud Recherche EPST) au conseil d’administration du CNRS le 25 octobre 2018, à l’occasion du vote du budget rectificatif.

Le budget de l’enseignement supérieur et de la recherche (ESR) stagne depuis 2005, avec pour conséquence la suppression ou le gel de postes de titulaires dans les établissements de l’ESR. Au CNRS, 1 581 postes de titulaires ont été supprimés depuis 2005 et, pour l’ensemble des  opérateurs de l’ESR, la différence entre les emplois exécutés et le plafond d’emplois s’élève à 19 294 postes. La Loi de programmation des finances publiques 2018–2022, confirmée par le projet de loi de finances 2019, pérennise cette contrainte budgétaire sur les EPST, sur notre établissement en particulier. La stagnation de la masse salariale des établissements de l’ESR, imposée par les gouvernements successifs, aura consacré en 2022 une situation de régression de l’emploi scientifique dans l’ESR pendant plus de 15 ans.

Avec les contraintes budgétaires imposées par le gouvernement actuel, le président de notre établissement envisage pour les quatre prochaines années une chute du nombre de recrutements de titulaires au CNRS avec 250 chercheur·e·s et 310 ingénieur·e·s et technicien·ne·s par an. Avec un âge moyen de recrutement (d’après les bilans sociaux) de 34 ans pour les chercheurs et de 33,5 ans pour les ingénieurs et techniciens, ce niveau de recrutement aboutirait à terme à un CNRS qui n’aurait plus que 8 000 chercheurs et 8 835 ingénieurs et techniciens titulaires, au lieu des 11 137 chercheurs et 13 415 ingénieurs et techniciens que nous comptons aujourd’hui, et dont l’effectif constitue déjà un tassement par rapport à l’effectif du début du siècle (où nous étions environ 11700 et 14500 respectivement). Le budget qui se prépare, après celui que nous « rectifions » pour la dernière fois aujourd’hui, envisage donc de nouvelles réductions d’effectifs, de 28% pour les chercheurs et de 34% pour les ingénieurs et techniciens. Tous les organismes nationaux de recherche, hélas, se trouvent dans une situation comparable à celle du CNRS.

Les représentants du personnel estiment que ces nombres de recrutement ont atteint un niveau critique et que les abaisser encore conduirait maintenant en peu d’années, eu égard au rôle structurant que joue le CNRS dans la recherche française – y compris évidemment la recherche universitaire – à un décrochage dramatique. Ce renoncement à maintenir un niveau d’emploi scientifique public au moins égal à celui du début des années 2000 constituerait un signal désastreux à l’égard des générations montantes, à qui on signifierait que la recherche et l’enseignement supérieur ne constituent désormais plus des priorités de la nation. Il aurait aussi un effet rapidement négatif en ce qui concerne le rang de la France dans le concert des nations développées, sa présence ne pouvant être assurée que par des scientifiques soutenus par le pays et en nombre suffisant pour participer à tous les débats, au plus haut niveau scientifique.

Pour ces raisons, les représentants du personnel au conseil d’administration forment le vœu que le projet de budget 2019 de l’établissement, que nous examinerons en décembre, puisse proposer des campagnes de recrutement de titulaires en nombres aux moins égaux à ceux de cette année.

Montant des IFSE socles à l’Inserm : le gouvernement doit tenir ses engagements

Posted on Updated on

Le Sgen-CFDT RechercheEPST se félicite de la déclaration portée lors du Conseil d’administration – CA – du jeudi 4 octobre 2018 par l’ensemble des élus du personnel

Lire la déclaration au CA

En juin 2017, le Sgen-CFDT RechercheEPST avait été la seule organisation syndicale représentative des personnels à se prononcer pour l’application du RIFSEEP à l’Inserm. Car les socles indemnitaires constituants les minimums d’IFSE1 servis aux Ingénieurs et Techniciens – IT – de l’Inserm étaient tous supérieurs aux montants moyens de l’ancienne PPRS2 (entre 3% et 15% selon les corps).

L’alignement des socles d’IFSE sur celui des ITRF3 pourrait être une mesure de justice significative pour les IT de l’Inserm (voir les gains potentiels). Ce ne serait alors qu’une première étape vers l’harmonisation des régimes indemnitaires au sein d’une même filière (IT – ITRF – AENES4 ) ou de tout autre EPST mieux-disant.

Le Sgen-CFDT RechercheEPST a fait de cet alignement une de ses priorités pour 2018, portée par ses représentants au Comité Technique et au Conseil d’Administration de l’Inserm. Il n’a malheureusement pas été écouté par les tutelles.

Cette demande doit maintenant aboutir pour le budget 2019 qui sera voté au CA en décembre prochain

Nous exigeons également l’ouverture rapide d’une négociation pour que l’IFSE soit revalorisée dans le temps pour tous les IT (en dehors de changement de fonctions, de promotion…). Par exemple par une hausse a posteriori en lien avec le différentiel d’inflation calculée sur une période donnée.

1 IFSE : Indemnité de Fonctions, de Sujétions et d’Expertise composante de base du RIFSEEP

2 PPRS : Prime de Participation à la Recherche Scientifique

3 Ingénieurs et personnels Techniques de recherche et Formation de l’Université

4 AENES : Administration de l’Éducation Nationale et de l’Enseignement Supérieur

PPCR et Rifseep : le Sgen-CFDT s’engage !

Posted on Updated on

PPCR et RIFSEEP : le Sgen-CFDT s’engage !
Intervention du Sgen-CFDT Recherche EPST au Conseil d’Administration du CNRS du 21 juin 2018

« Dans le rapport d’activité 2017 du CNRS, vous avez cité comme faits remarquables, la mise en œuvre du PPCR pour l’amélioration des carrières et du RIFSEEP pour la revalorisation du régime indemnitaire des agents.

Le Sgen-CFDT s’est félicité et se félicite toujours d’avoir signé et négocié le PPCR mais regrette que, faute de signatures syndicales, le PPCR soit resté un protocole et non pas un accord. Cette situation a permis au gouvernement de reporter les mesures prévues à partir de 2018 et en particulier le second transfert prime-points qui aurait été favorable aux futurs retraités.

Le Sgen-CFDT s’est félicité et se félicite toujours d’avoir soutenu le RIFSEEP contrairement aux organisations syndicales qui en réclament l’exemption pour les organismes de recherche alors que quasiment tous les fonctionnaires en ont accepté le principe.
—————————–

Un rapport d’activité est un point d’étape annuel mais l’activité et la vie continuent. Aussi, pour améliorer l’attractivité du CNRS, nous intervenons à tous les niveaux et plus spécifiquement auprès de notre fédération pour relayer nos revendications dans les cabinets ministériels.

Dans la continuité du PPCR, nous défendons pour les chercheurs :

  • la fusion des grades DR2 et DR1 du corps des directeurs de recherche et le prolongement du grade DR1 à la Hors Echelle D,
  • le prolongement à la Hors Echelle B du grade des chargés de recherche hors classe comme c’est le cas pour les maitres de conférences.

Nous soutiendrons également la revalorisation du régime indemnitaire chercheur au travers de la mise en œuvre du RIFSEEP spécifique chercheurs évoqué par la direction du CNRS.

Pour les ingénieurs et techniciens nous maintenons notre revendication concernant le rattrapage de l’enveloppe financière du RIFSEEP des organismes de recherche par rapport à celle des universités, comme cela nous a été écrit par le Directeur de Cabinet du Ministère de l’Education Nationale. »

Le Sgen-CFDT Recherche EPST

Glossaire des sigles et acronymes : https://epst-sgen-cfdt.org/?p=2393

PPCR et Rifseep : le Sgen-CFDT s’engage !

Posted on Updated on

PPCR et RIFSEEP : le Sgen-CFDT s’engage !

Le Sgen-CFDT s’est félicité et se félicite toujours d’avoir signé et négocié le PPCR mais regrette que, faute de signatures syndicales, le PPCR soit resté un protocole et non pas un accord. Cette situation a permis au gouvernement de reporter les mesures prévues à partir de 2018 et en particulier le second transfert prime-points qui aurait été favorable aux futurs retraités.

Le Sgen-CFDT s’est félicité et se félicite toujours d’avoir soutenu le RIFSEEP contrairement aux organisations syndicales qui en réclament l’exemption pour les organismes de recherche alors que quasiment tous les fonctionnaires en ont accepté le principe.

Nous intervenons à tous les niveaux et plus spécifiquement auprès de notre fédération pour relayer nos revendications dans les cabinets ministériels.

Dans la continuité du PPCR, nous défendons pour les chercheurs :

  • la fusion des grades DR2 et DR1 du corps des directeurs de recherche et le prolongement du grade DR1 à la Hors Echelle D,
  • le prolongement à la Hors Echelle B du grade des chargés de recherche hors classe comme c’est le cas pour les maitres de conférences.

Nous soutiendrons également la revalorisation du régime indemnitaire chercheur au travers de la mise en œuvre du RIFSEEP spécifique chercheurs.

Pour les ingénieurs et techniciens nous maintenons notre revendication concernant le rattrapage de l’enveloppe financière du RIFSEEP des organismes de recherche par rapport à celle des universités, comme cela nous a été écrit par le Directeur de Cabinet du Ministère de l’Education Nationale.

Le Sgen-CFDT Recherche EPST

Glossaire des sigles et acronymes : https://epst-sgen-cfdt.org/?p=2393

Membre du Conseil d’Administration du CNRS

Posted on

Les Représentants Sgen-CFDT Recherche EPST au Conseil d’Administration du CNRS sont :

Titulaires :

  • Claudia ZLOTEA (Chargée de Recherche)
  • Yannick BOURLÈS (Ingénieur de Recherche)

Vous pouvez les contacter par email : contact@epst-sgen-cfdt.org
Retrouvez les autres élus ou représentants sur cette page .

Conseil d’Administration du CNRS : Une chercheuse et un Ingénieur élus pour le Sgen-CFDT

Posted on Updated on

Cher(e)s Collègues,

Nous tenons sincèrement à remercier toutes celles et ceux d’entre vous qui nous ont accordé leur suffrage.

Grâce à votre soutien, le Sgen-CFDT RechercheEPST obtient deux sièges au Conseil d’Administration du CNRS.
Claudia ZLOTEA (Chargée de Recherche) et Yannick BOURLÈS (Ingénieur de Recherche) défendront les intérêts collectifs et individuels des agents du CNRS.

Résultats du dépouillement du 27 juin 2017 :

  • Le Sgen-CFDT RechercheEPST est en tête avec 28.69% des suffrages exprimés (en hausse de 6,5% par rapport aux élections de 2013)
  • Le Sgen-CFDT RechercheEPST est le seul syndicat à obtenir 2 sièges
  • 4 autres syndicats disposent d’un seul siège : SNTRS-CGT (IT), SNCS-FSU (CH), SUD (CH), SNPTES (IT)
  • Le Sgen-CFDT RechercheEPST devance de plus de 8 points le SNTRS-CGT et de 11 points le SNCS-FSU

Le résultat de ce vote montre la confiance et l’attachement des agents aux valeurs et aux positions défendues par le Sgen-CFDT RechercheEPST.
Notre organisation syndicale est consciente de la responsabilité qui lui est renouvelée et saura s’en montrer digne en restant fidèle à ses engagements.

Le Sgen-CFDT RechercheEPST
 

Vous pouvez consulter la liste des candidats présentés et notre profession de foi sur cette page : https://epst-sgen-cfdt.org/?p=1802

Juin 2017 – Élection des représentants du personnel au conseil d’administration du CNRS

Posted on Updated on

D’ici fin Mai, vous serez appelés à voter pour élire vos représentants au CA du CNRS.
Cette instance analyse et fixe, après avis du Conseil scientifique, les grandes orientations de la politique de l’établissement et délibère sur le budget de l’organisme.
6 représentants du personnel – 3 chercheurs et 3 ingénieurs/techniciens – sont élus pour une durée de 4 ans.

Les prochaines années seront décisives pour le CNRS avec un budget qu’il faut toujours défendre avec pugnacité à la fois sur le financement des laboratoires mais aussi sur la masse salariale.

Votez Sgen-CFDT Recherche EPST pour :

  • Un meilleur financement des organismes de la recherche
  • La création d’emplois permanents et la résorption de la précarité
  • L’amélioration des conditions de travail ainsi que la prise en compte des risques spécifiques
  • La revalorisation des carrières des personnels
  • Une politique indemnitaire claire et transparente pour les ingénieurs et techniciens.
  • Pour une réactualisation du régime indemnitaire réactualisé des chercheurs, à la hauteur de leur investissement professionnel ;

Retrouvez tous les détails dans notre profession de foi :

sgen_cfdt-pf_ca_2017

Cliquez sur l’image pour agrandir la Profession de foi

LISTE DES CANDIDATS Sgen-CFDT

  1. Mme Claudia ZLOTEA, Chercheuse
  2. M. Yannick BOURLES, ITA
  3. Mme Gwénaëlle LO BUE, ITA
  4. M. Jean-Louis LABARRIERE, Chercheur
  5. Mme Maria GUERRA, Chercheuse
  6. M. Patrick FIGON, ITA

Budget Inserm 2017 : intervention et vote des élus Sgen-CFDT

Posted on Updated on

ca-jeudi-1er-decembre-206-intervention-des-elus-sgen-cfdt_budget-2017

 

 

 

 

 

 

 

PDF de l’intervention des élus Sgen-CFDT Recherche EPST au CA Inserm du 1er décembre 2016 :

ca-jeudi-1er-decembre-206-intervention-des-elus-sgen-cfdt_budget-2017

Élections au Conseil d’Administration de l’Inserm – mandature 2017-2021

Posted on Updated on

CANDIDATS Sgen-CFDT Recherche EPST & DÉCLARATION D’INTENTION 

Candidats  par  collège  dans  l’ordre  de  présentation

Chercheurs

Corps/Grade – Affectation

      Klaus  PETRY     DR2 – Bordeaux
      Virginie  RINGA     CR1 – Villejuif
      Nicolas  FORAY     DR2 – Lyon
      Dominique  MODROWSKI     CR1 – Paris
      Frédéric  PENDINO     CR1 – Paris
      Martine  ARMAND     CR1 – Marseille

 

Ingénieurs – Techniciens – Administratifs

Corps/Grade – Affectation

      Marie Agnès  BERGER     AI  – Lyon
      Philippe  AUBERT     IE2 – Nantes
      Martine  DUQUESNE     AI  – Paris
      Denis  GREUET     AI  – Montpellier
      Sophie  GALIER     TCN – Paris
      Joël   TEYSSIER     IE2 – Toulouse

DATE  LIMITE  DU  SCRUTIN  :  Mercredi  14  Décembre  2016

Déclaration d’intention des listes présentées par le Sgen-CFDT recherche EPST :

ca-2017_2022-profession-de-foi-sgen-chercheurs-ita