CA

Budget initial 2022 d’Inria : l’analyse des élu.es du SGEN CFDT

Posted on Updated on

L’augmentation du budget 2022 grâce au plan de relance dénote l’intérêt des tutelles pour une recherche forte en informatique et numérique. Ce point nous paraît positif dans un contexte où le numérique joue un rôle important dans la société, il est indispensable pour comprendre ce rôle et l’orienter de s’appuyer sur des connaissances et une réflexion solides, et donc de mettre des moyens à cette fin.

La part BMI* du budget, qui est un sujet qui ne fait pas consensus dans notre syndicat et chez le personnel en général, est apparue aux représentants au CA comme un élément susceptible de porter une stratégie de recherche et de technologie, ce qui s’impose afin de s’emparer des grands problèmes du monde contemporain. Un équilibre est à trouver entre cette stratégie résolument tournée vers l’utilité sociale de l’institut, et les disciplines fondamentales qui le constituent, participant également à plus long terme à l’élaboration de connaissances qui permettent une recherche solide, fiable, utile.

Nous notons que l’augmentation des moyens s’accompagne d’une volonté de stabilité du taux des postes de soutien et de support à la recherche, ce qui nous paraît très important. Nous serons attentifs à la répartition de ces moyens, afin de ne pas mettre en difficulté le personnel, chercheuses et chercheurs ou personnel d’appui.

Nous avons néanmoins plusieurs points de vigilance et d’alerte concernant ce budget, et nous voulons pour ces raisons être attentifs à son exécution :

  – Avoir les moyens d’une politique scientifique est une chose, et examiner quelle politique ils servent en est une autre. La répartition des moyens en particulier est un point crucial, et nous ne voudrions pas que tous les moyens soient concentrés sur quelques-uns au détriment de la majorité. Il est important de veiller à un équilibre entre la recherche fondamentale en informatique et la recherche à visée technologique à court terme.
  – Nous nous étonnons de l’absence de prise en compte des limites planétaires dans ce budget. Il n’est nulle part fait mention de l’impact environnemental des technologies prônées ou promises. Maximiser son impact ne peut pas être un objectif s’il n’est pas vu au prisme de l’écologie. Ce sujet est non seulement un sujet de recherche possible pour l’institut, ce que dénote le PEPR agro-écologie numérique par exemple, mais c’est aussi un sujet social concernant tout le personnel. Il est nécessaire de réfléchir à toutes les échelles à la façon dont l’institut transforme le monde et si cette façon est compatible avec les limites planétaires, et cette réflexion manque singulièrement à la politique affichée par le budget.
  – Nous ne cautionnons pas et nous ne soutenons pas la politique d’affaiblissement des statuts du personnel, par les CPJ et ISFP, et ne nous satisfaisons pas de ce coût à payer pour l’augmentation de moyens
  – Le repli sur les enjeux nationaux et le fléchage des collaborations internationales nous paraît nuisible à l’activité scientifique, la privant de sa dimension universelle.
  – Le terme « assumer la technologie » qui vient en complément de l’excellence scientifique nous paraît malvenu : sa signification n’est pas claire, il semble sous-entendre qu’une recherche qui n’assumerait pas la technologie ne serait pas soutenue.
  – Enfin la disparition de l’organisation efficace et sereine (présente au COP mais absente des déclarations politiques au moment des budgets, qui sont censés implémenter le COP) des éléments communiqués à l’extérieur nous semble aussi malvenue : nous devons être fiers et afficher nos politiques sociales internes (conditions de travail, politique handicap, parité…), et un des objectifs de l’institut devrait être les bonnes conditions de travail, ce n’est pas une évidence et nous ne souhaitons pas mettre cet aspect en retrait.

Le vote positif porté par notre organisation via les représentants au CA n’est donc en aucun cas un blanc-seing accordé à la direction de l’institut ou une acceptation des dispositifs de la LPR que nous n’approuvons pas et que nous continuerons à combattre. Cependant, ce budget va accorder à l’institut des moyens conséquents pour mener des projets de recherche ambitieux et pour recruter des personnels scientifiques et de support sur des postes pérennes. Nous porterons cependant un regard critique dans l’usage qui sera fait de ces crédits en regard des points de vigilance énoncés ci-dessus. * BMI : Budget des Moyens Incitatifs

         * BMI : Budget des Moyens Incitatifs

CNRS : Élection des représentants du personnel au Conseil d’administration

Posted on

Mandature 2021 – 2025
Chercheurs, Ingénieurs et techniciens, vous êtes appelés à élire vos représentants au Conseil
d’administration (CA) du CNRS.
Instance décisionnelle de l’établissement, le CA analyse et fixe, après avis du Conseil
scientifique, les grandes orientations de la politique de l’établissement en relation avec les
besoins culturels, économiques et sociaux de l’ensemble de la nation et délibère sur le budget
de l’organisme.
Il se réunit au moins quatre fois par an. Il est composé de 22 membres dont le Présidentdirecteur général (PDG), 6 représentants de l’Etat, 3 représentants d’établissements publics
ayant une mission de recherche et d’enseignement supérieur, 6 personnalités qualifiées du
monde du travail, du domaine économique et social et 6 représentants du personnel (3
chercheurs et 3 ingénieurs/techniciens), élus pour 4 ans.
Le Sgen-CFDT RechercheEPST agit avec ses élus – actuellement un chercheur et un IT – pour
faire entendre la voix des personnels au CA afin que le CNRS :
• perpétue et enrichisse ses missions de recherche, de production de savoir et mette ce savoir
au service de la société;
• réaffirme l’indépendance de sa politique scientifique face à la multiplication des structures
extérieures peu lisibles avec leur cortège d’appels à projets concurrentiels et à court-terme;
• prenne les mesures pour enrayer la détérioration des conditions de travail et de vie au travail
des personnels de la recherche : techniciens, ingénieurs et chercheurs, statutaires et
contractuels bousculés d’un projet à l’autre subissant parfois les mutualisations et les
restructurations mal anticipées et accompagnées.
Pour défendre un CNRS respecté, seul organisme national de recherche pluridisciplinaire,
les candidats Sgen-CFDT RechercheEPST au CA sont déterminés à :
• Revendiquer un financement adapté au maintien de toutes ses missions;
• Défendre l’indépendance des chercheurs par une politique de recherche où prédomine la liberté
académique et le partage des connaissances permettant d’éclairer les choix que requièrent les
grands défis sociétaux;
• Protéger l’évaluation collégiale et par les pairs des chercheurs et des structures de recherche;
• Encourager la mise en œuvre et la reconnaissance des recherches interdisciplinaires;
• Revendiquer davantage de démocratie, de transparence et de collégialité dans la définition
des orientations politiques du CNRS.
Pour les personnels, les candidats Sgen-CFDT RechercheEPST au CA s’engagent à :
•Revendiquer la création d’emplois scientifiques statutaires, pour enrayer la chute des
recrutements de ces dernières années, la résorption de la précarité, l’amélioration des carrières;
•Réclamer un rééquilibrage entre financement pérenne des laboratoires et financement sur
projet afin de favoriser la stabilité des collectifs de travail;
• Exiger l’amélioration des conditions de travail, par la prise en compte des risques
spécifiques (Troubles musculo-squelettiques, TMS, et Risques psychosociaux, RPS, Violences
sexistes et sexuelles au travail, VSST) et la mise en œuvre d’actions de prévention;
• Veiller à la mise en œuvre effective du Plan pour l’égalité entre les femmes et les hommes;
• Accompagner l’amélioration de la reconnaissance du handicap.
Depuis des années, les personnels des EPST, et donc du CNRS, ont assisté à la remise en
cause de l’organisation de la recherche publique française. La compétition « tous azimuts »
et l’individualisation à outrance ont cassé la sérénité nécessaire à une recherche de qualité sur
le long terme et collective. C’est pourquoi, les élus du Sgen-CFDT RechercheEPST continueront
à combattre les conséquences néfastes de certains aspects :
• de la Loi de transformation de la fonction publique (LTFP), dont la mutation des Comités
techniques (CT) en Comité Social d’administration (CSA) et la disparition des CHSCT;
• de la Loi de programmation de la recherche (LPR) avec son cortège de contrats précaires
(CDI de mission, Chaires de directeur junior – Tenure track) et le renforcement des moyens
financiers attribués essentiellement à l’Agence Nationale de la Recherche (ANR).
Le Sgen-CFDT RechercheEPST a fait le choix de rassembler toutes les catégories de personnel :
ingénieurs, techniciens et chercheurs. Il s’appuie sur les collègues présents sur le terrain, pour
alimenter une réflexion issue du travail au quotidien dans les unités et les services.
Il prend en compte le contexte global de l’enseignement et de la recherche pour l’élaboration de
ses positions en concertation avec les représentants des personnels universitaires et des autres
EPST (INSERM, INRIA…). Il est soutenu par les forces syndicales d’une fédération, SgenCFDT et d’une Confédération, la CFDT.
Ne craignant pas les réformes, le Sgen-CFDT RechercheEPST est un syndicat capable de s’opposer
comme de proposer. C’est une de ses forces, c’est ainsi qu’il peut être écouté.
LE SGEN-CFDT RechercheEPST TIENT SES ENGAGEMENTS
• Par la signature du PPCR,le Sgen-CFDT RechercheEPST a obtenu des avancées pour tous
les personnels : augmentation des taux d’avancement pour les changements de grade et de
corps, création de la hors-classe pour les Chargés de Recherche, la restructuration du corps
des Ingénieurs d’Etude, … Nous revendiquons l’application stricte du principe du déroulé
d’une carrière complète sur au moins 2 grades, y compris pour les Assistants Ingénieurs.
Nous réclamons également la restructuration des corps des Adjoints Techniques,
Techniciens et Directeurs de Recherche sur 2 grades;
• Par la négociation du RIFSEEP, le Sgen-CFDT RechercheEPST a obtenu des avancées pour une
politique indemnitaire améliorée, claire et transparente pour les ingénieurs et techniciens. Nous
continuerons à revendiquer la convergence avec le régime indemnitaire de nos collègues
universitaires;
• Par la signature du protocole d’accord relatif à l’amélioration des rémunérations et des carrières,
le Sgen-CFDT RechercheEPST a obtenu une revalorisation sans précédent de la prime
statutaire des chercheurs, le repyramidage des grades des Chargés de Recherche et
des Directeurs de Recherche, l’allongement de la hors-classe à la HEB pour les Chargés de
Recherche …
Nous continuerons à porter la reconnaissance et la valorisation des spécificités de
nos métiers.
LISTE DES CANDIDATS SGEN-CFDT RechercheEPST
Claudia ZLOTEA – Chargée de Recherche
Pierre-Yves SAILLANT – Ingénieur de Recherche
Isabelle COHEN – Chargée de Recherche
Véronique DOM – Ingénieure d’Etudes
Luc PERROT – Ingénieur de Recherche
Olivier SANDRE – Directeur de Recherche

Remerciements des élues Sgen-CFDT au CA Inserm

Posted on Updated on

REMERCIEMENTS DE NOS ÉLUES AU CONSEIL D’ADMINISTRATION Inserm     Mandature 2021-2025

Nous remercions les 850 personnels Inserm, 347 Chercheurs (35,7% des voix exprimées) et 503 Ingénieurs, Techniciens et Administratifs (41% des voix exprimées) qui ont choisi les listes que nous conduisions, ainsi que tout.e.s celles et ceux qui se sont exprimé.e.s à l’occasion de ce vote.
Notre expérience durant 5 ans à la CSS 6 et durant 4 ans au CA Inserm nous permettra de porter au mieux votre voix au sein du CA pour défendre les intérêts de la recherche biomédicale, de nos unités et des Chercheurs Ingénieurs, Techniciens et Administratifs de l’Institut.

Vos votes ont permis à nos listes d’arriver largement en tête du scrutin électronique pour la première fois dans le collège chercheurs et de retrouver cette même place depuis l’élection de 2008 dans le collège ITA.
Après les résultats des élections professionnelles de 2018, cela conforte le Sgen-CFDT RechercheEPST comme première organisation syndicale à l’Inserm.
Nous mesurons toute la responsabilité qui est la nôtre. Vous nous avez fait confiance, vous pouvez compter sur notre engagement.

Nathalie PELLETIER-FLEURY et Marie-Agnès BERGER

LES RÉSULTATS DE L’ÉLECTION AU CA Inserm
Cliquez sur l’image pour accéder au PV de l’élection
Email de contact

Élection des représentants des ITA au CA Inserm – Votez pour la liste du Sgen-CFDT

Posted on Updated on

Du mardi 26 janvier à 09h00 au mardi 02 février à 14h00

vous êtes appelé à voter

pour renouveler les 6 représentants élus du personnel

(3 chercheurs et 3 ingénieurs, techniciens, administratifs)

        au Conseil d’Administration de l’Inserm

 

Le CA est la seule instance décisionnelle de l’Institut, toutes les autres étant consultatives, nous vous invitons à participer massivement à cette élection pour affirmer avec nos candidat.e.s votre sentiment d’appartenance à l’Inserm, référence dans la recherche médicale et en santé.

Le Sgen-CFDT RechercheEPST agit avec ses élu.e.s – actuellement un chercheur et un ITA – pour y faire entendre votre voix et agir pour que nos revendications soient prises en compte dans la politique de l’Inserm, notamment au niveau budgétaire.

Si vous nous faites confiance, nos élu.e.s associeront l’expérience acquise lors de son premier mandat par Marie Agnès BERGER, tête de liste Sgen-CFDT RechercheEPST ITA et le renouveau avec le 1er mandat de Nathalie PELLETIER-FLEURY, tête de liste Sgen-CFDT RechercheEPST Chercheurs.

Comme plusieurs de nos candidat.e.s Marie Agnès participe également à une instance régionale de l’Inserm, le CSHSCT de la DR Auvergne-Rhône-Alpes.

Marie-Agnès BERGER
IECN – UMR 1060
LYON
Élue CA
Titulaire CSHSCT
Auvergne-Rhône-Alpes
Vanessa CHARRIER-DECONCLOIS
IECN – UMR 1215
BORDEAUX
Titulaire CTEP,
CSHSCT DR
Nouvelle Aquitaine
Denis GREUET
AI – UMR 1051
MONTPELLIER
Titulaire CAP AI,
CSHCT national,
CSHSCT Occitanie Méditerranée
Joël Teyssier

IEHC – UMR 1037
TOULOUSE
Titulaire CHSCT national,
CSHSCT Occitanie Pyrénées


Brigitte Treillard
AI – DESP
PARIS
Titulaire CSHSCT ADS,
Suppléante CCHSCT national
Céline Lépine
TECS – UMR 1236
RENNES
Titulaire au CNAS du CAES Inserm

Élection au Conseil d’Administration de l’Inserm

Déclaration d’intention
des Candidats Ingénieurs Techniciens Administratifs

 

N’attendez pas pour vous connecter au site de vote afin de retirer le mot de passe nécessaire pour valider votre vote lors du scrutin, informations dans le message que vous avez dû recevoir début janvier.

En votant, sans en modifier l’ordre, pour les listes Chercheurs et ITA du Sgen-CFDT, vous choisirez des élus d’un syndicat qui représente toutes les catégories de personnels, présent dans tous les EPST, et qui s’appuieront sur un collectif expérimenté, qui travaille dans votre intérêt et celui de l’Institut.

Élection des représentants des chercheur.e.s au CA Inserm – Votez pour la liste du Sgen-CFDT

Posted on Updated on

ÉLECTION DES REPRÉSENTANTS DES CHERCHEUR.E.S AU CA DE L’INSERM

Du mardi 26 janvier à 09h00 au mardi 02 février à 14h00

vous êtes appelés à voter pour renouveler les

6 représentants élus des personnels

(3 chercheurs et 3 ingénieurs, techniciens, administratifs)

au Conseil d’Administration de l’Inserm (CA Inserm)


Le CA est la seule instance décisionnelle de l’Institut, toutes les autres étant consultatives. Nous vous invitons à participer massivement à cette élection pour affirmer avec nos candidat.e.s votre sentiment d’appartenance à l’Inserm, référence dans la recherche médicale et en santé.

Le Sgen-CFDT RechercheEPST agit avec ses élu.e.s – actuellement un chercheur et un ITA – pour y faire entendre votre voix et agir pour que nos revendications soient prises en compte dans la politique de l’Inserm, notamment au niveau budgétaire.

Si vous nous faites confiance, nos élu.e.s associeront l’expérience acquise lors de son premier mandat par Marie Agnès BERGER, IECN, tête de liste Sgen-CFDT RechercheEPST ITA et le renouveau avec le 1er mandat de Nathalie PELLETIER-FLEURY, tête de liste Sgen-CFDT RechercheEPST Chercheurs.

Comme plusieurs de nos candidat.e.s Nathalie agit dans une autre instance de l’Inserm, pour elle la CSS n°6 Santé publique, Technologie de la santé.


Nathalie
PELLETIER-FLEURY
DR2 – UMR 1018 VILLEJUIF
Élue CSS 6
Nicolas FORAY

DR2 – UA 08
LYON

Maria MELCHIOR
DR2 – UMR 1136
PARIS
Élue CSS 6
 

Régis BOBE CRCN
UMR 1176 – LE KREMLIN-BICÊTRE
Titulaire CTEP et
CSHSCT DR 11,
Suppléant CCHSCT

Béatrice
MARQUÈZE-POUEY
CRCN
UMR 1072 – MARSEILLE
Yves DELNESTE DR2
UMR 1232 – ANGERS

Élection au Conseil d’Administration de l’Inserm

Déclaration d’intention des Candidats chercheurs

N’attendez pas pour vous connecter au site de vote afin de retirer le mot de passe nécessaire pour valider votre vote lors du scrutin, informations à retrouver dans le message que vous avez dû recevoir début janvier.

En votant, sans en modifier l’ordre, pour les listes Chercheurs et ITA du Sgen-CFDT, vous choisirez des élus d’un syndicat qui représente toutes les catégories de personnels et présent dans tous les EPST. Ils s’appuieront sur un collectif expérimenté pour travailler dans votre intérêt et celui de l’Institut.

Élection CA Inserm : professions de foi du Sgen-CFDT Recherche EPST

Posted on Updated on

Élection représentant.e.s du personnel au CA Inserm
Professions de foi chercheurs et ingénieurs techniciens administratifs
du Sgen-CFDT RechercheEPST

 

Élections CA 2021_2025 – Profession de foi Sgen-CFDT Chercheurs

Élections CA 2021_2025 – Profession de foi Sgen-CFDT ITA

Protégé : Compte-rendu CA Inserm 3 décembre 2020

Posted on Updated on

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Déclaration du Sgen-CFDT RechercheEPST sur le budget initial 2021 de l’Inserm

Posted on Updated on

Conseil d’Administration Inserm 03 décembre 2020

BI Inserm déclaration Sgen-CFDT Recherche EPST CA 03_12_20

Le budget initial 2021 qui est soumis au vote des membres du CA est en légère augmentation, +4 % en recettes par rapport à 2020, + 3% en crédits de paiement.

L’accord carrières et rémunérations signé le 12 octobre dernier par le Sgen-CFDT apporte un début d’amélioration Nous y voyons des points positifs :

  • Le premier volet de la revalorisation du régime indemnitaire de tous les chercheurs représentera pour eux une 1ère augmentation significative du socle indemnitaire qui passera à 2200 € (+130%) pour les chargés de recherche et à 1600 € pour les directeurs de recherche. Ce n’est qu’une étape qui devra se confirmer les années suivantes.
  • Une augmentation des promotions de grade CRCN vers CRHC de 50% avec 60 possibilités pour 2021
  • L’accès possible à la hors échelle B (HEB) pour les CRHC dès 2021 est évoquée mais reste à confirmer. Le Sgen-CFDT agira en conséquence en comité de suivi du protocole qu’il a signé pour que cette amélioration de la carrière des chargés de recherche soit actée le plus vite possible et au plus tard en 2022.

La mise en application (malheureusement retardée d’un an) du PPCR, également signée par le Sgen-CFDT, se termine avec l’adjonction d’un 10ème échelon pour le grade des IEHC.

Est-ce l’effet conjugué de la persistance de l’augmentation des flux de changement de corps (T vers AI, AI vers IE, IE vers IR) dans le cadre du PPCR ou de la légère augmentation des recrutements ITA (90 postes3 par rapport à 81 en 2020), il y a une augmentation des promotions de corps pour les ingénieurs et techniciens, avec 23 changements de corps au choix supplémentaires (+ 66%)1 et 7 postes ouverts en plus pour les concours internes2 (+12%).

Nous constatons par ailleurs :

  • Que la subvention d’Etat (SCSP) si elle augmente de 2,8% par rapport à 2021 reste notoirement insuffisante particulièrement pour la 1ère année de la mise en place de la loi pour la recherche. Elle est notamment due à l’adjonction des budgets des équipes du consortium Reacting, la nouvelle agence ne bénéficiant par ailleurs d’aucun moyen supplémentaire pour son démarrage ainsi qu’à la mesure de transfert de personnels de l’INTS. Sur les 8 dernières années l’augmentation moyenne de la subvention d’État est de 0,8%, en dessous de l’inflation constatée.

Le budget récurrent des unités de recherche, hors nouvelle agence, n’augmente pratiquement pas, malgré nos demandes et la progression du budget de l’ANR et du taux de préciput ne nous convient pas comme mode de financement de nos équipes.

Que dire de ces 3 M d’€ budgétisé pour le contrat d’objectif et de performance de l’Inserm alors qu’à ce jour nous n’en connaissons pas le début du contenu ?

  • Que côté emploi il y a une très légère augmentation du recrutement chercheurs, mais des postes DR n’avaient pas été utilisés l’an passé. Côté ingénieurs et techniciens, le recrutement prévu augmente de 75 à 90 postes, mais reste loin de la moyenne de ces 15 dernières années (97 postes) ou de 2005 à 2014 avec 112 postes. A noter que la prévision des départs à la retraite pour 2021 est également en hausse. Au final il n’y a pas de créations de postes de titulaires. Cela est confirmé par la variation du nombre d’ETP (équivalent temps plein) ou d’ETPT (équivalent temps plein travaillé) « sous plafond d’emplois qui est inférieure à 0,5% avec 2020. A la fin de la période de cinq ans de « lissage » des recrutements, l’emploi statutaire ne redémarre pas malgré la LPR qui annonçait pourtant dans son rapport annexe 700 postes supplémentaires pour l’ESR. Où est la part pour l’Inserm ? Pire ce sont 7 postes de Tenure track qui sont envisagés qui, avec les CDI de missions, vont déstructurer les labos. La précarité est bien visible, confirmée par l’augmentation de 6% des ETP hors plafond. Sa réduction nécessiterait des moyens bien supérieurs à ceux annoncés
  • L’absence malheureuse de mesures concrètes (hormis quelques passages en AI supplémentaires) pour les personnels de catégorie C et B en particulier pour les très nombreux techniciens de nos laboratoires et services
  • L’absence d’augmentation de possibilités de changement de grade au choix pour les personnels techniciens et ingénieurs
  • Le budget de l’action sociale est annoncé en baisse de -1,6%. Le motif invoqué est la restauration collective, mais qui peut prévoir ce qu’elle sera en 2021 ? Nous espérons que cette baisse annoncée ne touchera pas au budget 2021 du CAES Inserm.
  • Dans le cadre du RIFSEEP il persiste une différence significative des montants de l’IFSE socle avec ceux de la plupart des personnels des universités. Les montants servis restent également très en retrait des pourcentages moyens constatés dans la Fonction publique d’État. Rien n’est prévu à ce jour pour amorcer ce nécessaire alignement

Pour toutes ces raisons, et même si nous nous réjouissons des avancées en matière de rémunération et de carrière pour certaines catégories de personnel, notamment les chercheurs, notre vote sera négatif, car ce budget initial de l’Inserm pour 2021 reste insuffisant, d’autant plus dans le cadre de la mise en place de la LPR, notamment en matière d’emploi, de budget des équipes sur subvention d’État. Il implique la mise en place de types de recrutement auxquels nous sommes opposés. L’amélioration de l’attractivité des métiers de la recherche passe aussi par la revalorisation des débuts de carrière autrement que par de la revalorisation l’indemnitaire, ainsi que par la revalorisation du point d’indice de la fonction publique quasiment gelé depuis plus de 10 ans.

Les élu.e.s du Sgen-CFDT RechercheEPST voteront donc contre le budget initial 2021.

1 +2 pour les IR, +10 pour les IE, +11 pour les AI
2 +3 pour les IR, +4, pour les IE, +5 pour les AI, mais -2 pour les T et -3 pour les AT
3 83 postes de titulaires contre 75 en 2020 + 7 CDD « handicap » contre 6 en 2020

BI Inserm déclaration Sgen-CFDT Recherche EPST CA 03_12_120