Actualité

« M. le président, Vous ne pourrez pas faire sans nous ! » – Signez la carte pétition

Posted on Updated on

Publié le 29/04/2022

Au lendemain de l’élection présidentielle, la CFDT interpelle Emmannuel Macron l’invitant à répondre à 15 revendications  sur le pouvoir d’achat, le travail, l’emploi, les retraites, l’écologie et la santé. Vous aussi, interpellez le président de la République en signant et envoyant la carte pétition ci-dessous (par voie postale [sans affranchissement] ou par voie électronique) ! 

«  M. le président,
Notre société est en crise, elle sort fragilisée de ces dernières années: nous avons besoin de réponses immédiates ! Montrez que vous savez être à l’écoute, répondez aux 15 revendications de la CFDT ! »

– Pouvoir d’achat –

• Revalorisation immédiate des grilles de salaire suite à l’augmentation du SMIC, dans le privé et dans le public
• Aucun versement de dividendes aux actionnaires sans intéressement ou participation pour les salariés
• Revalorisation des minima sociaux et des APL, pour compenser l’inflation


– Travail –

• Financement intégral des formations des personnes souhaitant se reconvertir (en cas de travail pénible ou d’emploi menacé)
• Prise en compte de la pénibilité pour tous les travailleurs concernés
• Modification des ordonnances travail pour un dialogue social de qualité


– Emploi –

• Retour au niveau d’allocation chômage d’avant la réforme de 2021
• Accompagnement systématique des seniors pour préparer leur seconde partie de carrière
• Refus de mesures punitives pour les bénéficiaires du RSA et un réel accompagnement vers l’emploi



– Retraites –

• Pas de report de l’âge légal de la retraite
• Porter le minimum de pension pour une carrière complète au niveau du SMIC net



– Écologie –

• Rénovation des 4,8 millions de logements mal isolés
• Doublement du chèque énergie



– Santé –

• Mise en place d’un plan de lutte contre les déserts médicaux
• Investissements et recrutements dans les hôpitaux, Ehpad et tous les établissements de santé

Ci-dessous, vous pouvez télécharger le flyer en version imprimante, et en version imprimeur avec traits de coupe.

La carte pétition peut être envoyée au format PDF interactif à l’adresse presidence@elysee.fr ou imprimée (choisir impression au format réel, sur les bords courts). Une version imprimeur avec traits de coupe est également disponible.

L’envoi d’un courrier de moins de 20 grammes à destination du président de la République est gratuit, il n’est donc pas nécessaire d’affranchir votre carte pétition. 

TÉLÉCHARGEMENT DE FICHIERS

Faire barrage à l’extrême droite

Posted on Updated on

Indépendante des partis politiques, la CFDT a pour tradition depuis 30 ans de ne pas donner de consigne de vote. Ses adhérents, ses sympathisants, comme n’importe quel citoyen sont pleinement libres de leurs opinions.

Organisation réunissant des travailleurs aux opinions diverses, la CFDT n’a pas à influer sur le choix qu’ils font des dirigeants politiques dès lors qu’ils respectent les valeurs de la République.

Mais l’histoire et l’action du Sgen-CFDT et de la CFDT s’appuient sur des valeurs : l’émancipation individuelle et collective, l’indépendance, la solidarité, la démocratie et l’égalité.

C’est au nom de ces valeurs que nous combattons toutes les formes de discriminations et d’exclusion (sexisme, racisme, xénophobie…) et toutes les formes de totalitarisme et d’extrémisme.

C’est au nom de ces valeurs que nous nous opposons à tous ceux qui jouent sur les peurs, qui véhiculent la peur de l’autre en général et la haine des étrangers en particulier, promeuvent une image fausse de la société française et souhaitent mettre en place une société autoritaire.

C’est au nom de ces valeurs que nous nous sommes toujours opposés et que nous nous opposerons toujours à l’arrivée de l’extrême droite au pouvoir.

L’extrême droite est aujourd’hui plus que jamais une menace en France et en Europe. Ses idées et son programme sont l’antithèse de ce que porte la CFDT en matière de démocratie sociale, de solidarité, de fraternité. Elle est un danger pour la démocratie et une catastrophe pour la cohésion sociale.C’est pourquoi nous appelons nos collègues de travail et plus largement nos concitoyens et concitoyennes à voter Emmanuel Macron le 24 avril, non pour valider son bilan ou  approuver son programme, mais pour faire barrage à l’extrême droite.

Communiqué de presse CFDT

Défendre la démocratie et les valeurs fondamentales d’égalité et de justice sociale

La Hongrie de Viktor Orbán, modèle pour Marine Le Pen ?

1ER MAI 2022 – POUR UNE TRANSITION ÉCOLOGIQUE JUSTE… AU TRAVAIL !

Posted on Updated on

CFDT 14 avril 2022

Ouvert à toutes et tous, seul·e, en famille ou en groupe pour un 1er mai engagé pour le climat ! Rejoignez la CFDT pour la fête du travail le 1er mai au Hasard Ludique (Paris 18e).

AU PROGRAMME

Agir concret !

Ateliers « éco-gestes » pour recycler pratique tout en faisant des économies.

Échanger !

Temps d’échanges sur le thème « Comment agir pour une transition écologique juste socialement ? »

  • « Du social dans mon assiette » avec la Fédération CFDT de l’agroalimentaire, à 14h
  • Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, et Anne Bringault, membre du Réseau Action Climat, acteurs du Pacte du pouvoir de vivre, à 15h45
  • Les Sentinelles vertes, le réseau d’action de la Fédération Conseil, Communication, Culture CFDT, à 17h

Libérer la créativité !

Mur d’expression libre entre 14h et 17h

S’amuser à tous les âges !

Des activités sur les thèmes de l’écologie, la démocratie et la justice au travail

  • Jeux sur la biodiversité des sols et la permaculture avec l’association « Les Petits débrouillards » entre 14h et 17h
  • Jeu « Climat Tic-Tac » ou comment sauver le monde des catastrophes climatiques ! entre 14h et 17h
  • Quizz et Blind test
  • Spectacle de théâtre d’improvisation à 15h

Chanter tous ensemble !

Avec la chorale pop Envie de chanter ! de Marco Avallone, à 18h

INFOS PRATIQUES

ENTRÉE GRATUITE

Accueil à partir de 12h30, début des animations et ateliers à partir de 14h.

Bar et restauration : vente sur place.

Jeux gratuits pour petits et grands enfants.

Adresse : Le Hasard Ludique, 128 avenue de Saint-Ouen, Paris 18e

Stations de métro Guy Moquet ou Porte de Saint-Ouen, ligne 13

Protégé : Défendre la démocratie et les valeurs fondamentales d’égalité et de justice sociale

Posted on Updated on

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

#8mars – Lumière sur les essentielles

Posted on Updated on

Le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, la CFDT organise un rassemblement place du Panthéon à Paris de 11h30 à 16h pour mettre en lumière les travailleuses essentielles.

Vous trouverez en téléchargement ci-dessous tous les outils de communication sur cet événement :  les visuels réseaux sociaux sur l’appel à se rassembler le 8 mars et ceux liés aux femmes dans les métiers essentiels, les affiches en 3 formats avec leurs versions « imprimeur » (traits de coupe), le flyer également avec sa version « imprimeur » et des pancartes personnalisables blanche et violette en word et en pdf interactif.

flyer

https://www.cfdt.fr/portail/outils/-8mars-lumiere-sur-les-essentielles-srv2_1219122

SUIVI DE LA SITUATION SANITAIRE : RÉUNION DU 21 DÉCEMBRE 2021

Posted on Updated on

Publié le 21/12/2021Par CFDT – Fonction publique

La Ministre a consulté les organisations syndicales représentatives dans le cadre des échanges que le Gouvernement organise avec ses interlocuteurs, partenaires sociaux et élus, en amont de la présentation du projet de loi relatif au pass vaccinal et des mesures à prendre pour la protection des travailleurs et le maintien de l’activité économique.

La Ministre a donné quelques informations de contexte : d’abord, la consultation des organisations représentatives est une “vraie” consultation. La Ministre du travail a consulté les organisations représentatives du secteur privé, et le Premier ministre consulte les élus.  

La situation épidémiologique est complexe. Le variant Delta avait déjà repris, amenant à environ 3 000 hospitalisations en soins intensifs.  

Le variant Omicron est très contagieux, le taux d’incidence est très élevé. Et il sera probablement dominant dans les prochains jours. La difficulté est que nous manquons de données sur sa dangerosité et sur sa prise en charge médicale.  

Des pays ont d’ores et déjà pris des mesures drastiques, y compris de reconfinement.  

La Ministre a donné des éléments sur le recours au télétravail lors des phases précédentes de l’épidémie. Depuis le 6 décembre, le télétravail n’a pas progressé et les agents mentionnent souvent une opposition de la hiérarchie.  

Le nombre de personnes qui télétravaillent au moins un jour par semaine, est supérieur au nombre de personnes qui télétravaillaient quand celui-ci était obligatoire.  

Sur l’accord-cadre “télétravail” : il est connu de 75 % des agents mais est encore trop peu mis en œuvre et négocié localement.  

Sur la vaccination : seuls 56 % des agents savent qu’ils peuvent aller se faire vacciner sur leur temps de travail, ce qui n’est pas satisfaisant. 96 % des agents publics éligibles à la dose de rappel l’ont déjà faite ou ont pris leur rendez-vous.  

L’enquête de remontées sur la réalité du télétravail est relancée.  

Aujourd’hui, l’objectif est aussi de relancer la campagne de vaccination. La troisième dose sera intégrée dans l’obligation vaccinale des “soignants” au sens large.  

La Ministre a affiché l’objectif : protéger les agents et maintenir les services en activité. Pour cela, l’Italie a déjà imposé le pass sanitaire sur tous les lieux de travail, en plus des autres mesures de protection. Autre option : la transformation du pass sanitaire en pass vaccinal pour les établissements recevant du public. Autre option également : vaccination obligatoire pour toutes et tous, comme l’Autriche l’a décidé.  

Autre sujet : quelles dispositions adopter pour les restaurants administratifs ou d’entreprises ?  

Déclaration CFDT  

Nous devons faire face collectivement à une nouvelle vague d’ampleur. La CFDT souhaite très clairement que tout soit mis en œuvre pour endiguer cette progression du variant Omicron en évitant au maximum les mesures les plus strictes (couvre-feu, confinement, télétravail obligatoire à 100 %, …) ; elles sont de plus difficiles à supporter pour les citoyens, et leurs impacts sont de plus en plus inquiétants pour la vie sociale, économique, culturelle, …  

Notre souci est donc de contribuer à trouver les voies et les moyens de poursuivre l’activité professionnelle, économique et la vie sociale sans reconfiner ou revenir à du 100 % télétravail.  

Nous assumons aussi de dire que la transformation du pass sanitaire en pass vaccinal est acceptable. La vaccination reste le meilleur rempart contre les formes graves du virus. Mais la vaccination ne suffit pas et il faut donc d’autres mesures de protection.  

En l’état, la CFDT n’est pas favorable au pass sanitaire sur les lieux de travail  :   

D’abord, en matière de lisibilité, il est difficilement compréhensible d’avoir deux pass (sanitaire et vaccinal) qui donneraient des droits différents.  

Cela fait porter aux employeurs publics, mais surtout aux cadres et responsables de sites ou de services, l’obligation de contrôle avec un risque fort de conflictualité alors que le bureau n’est pas le premier lieu de contamination. N’oublions pas non plus que -après bientôt deux années de restrictions diverses- les collectifs de travail et les agents sont très éprouvés. Certaines de nos équipes nous signalent aussi des tensions croissantes entre vaccinés et non-vaccinés.  

  • Donc, qui contrôle et comment ? Et à quel rythme ? Quotidiennement ? Une fois pour toute ? Quid des agents en travail nomade ? Quid des intervenants extérieurs ? Etc. 
  • Quelle sanction ? Une suspension ? Si la sanction est entendable dans certains cas, elle ne peut être généralisée et faire porter tant de responsabilités sur la seule population active. 
  • Le pass n’est activé qu’avec un décalage de quelques jours à quelques semaines selon les situations. Que se passe t’il en attendant ? Les agents qui en seraient à leur première dose seraient soumis à quel régime en attendant la deuxième injection ? 
  • Un employeur peut-il refuser 100 % de télétravail à un salarié non vacciné qui le lui demande ?

Il nous semble urgent et indispensable de préférer d’autres mesures de prévention qui sont déjà connues, éprouvées, efficaces et rapidement opérationnelles :  

  • Imposer un nombre de jours de télétravail (les trois jours ont déjà été utilisés) dès la rentrée de janvier,
  • Interdire les réunions en présentiel, et réinstaurer des jauges strictes.
  • Imposer des mesures strictes pour la restauration collective (pass vaccinal, jauges, distances entre convives, voire fermeture si aucune de ces mesures n’était possible) et prévoir toutes les mesures de substitution nécessaires, notamment la prise en charge des frais de repas. 
  • Revoir les règles de gestion des cas contact au regard d’Omicron : un isolement des cas contact vu la contagiosité du nouveau variant serait peut-être pertinent … 
  • Enfin, outre le rappel à l’impérieuse nécessité du dialogue social, la CFDT souhaite que soit imposée la négociation de protocoles d’activités pour définir l’organisation du travail en présentiel quand le télétravail n’est pas possible.

Sur la vaccination, la CFDT souhaite que soit réactivés les centres de vaccinations temporaires, auprès des cités administratives, ou même à proximité des établissements scolaires (écoles ou collèges). Les centres éphémères pourraient ainsi contribuer à la vaccination des enfants de 5 à 11 ans, volontaires. La possibilité d’injecter des vaccins pédiatriques ne doit pas non plus être un obstacle au déploiement du « aller vers… ».  

Une dernière mesure serait indispensable : l’anticipation. Nous pensons surtout à la situation du monde scolaire et universitaire : rentrée le 3 janvier ou reportée de quelques jours, et dans quelles conditions pour tous les agents concernés par le scolaire et périscolaire, et pour tous les parents.  

Voilà, Madame la ministre, les propositions de la CFDT pour des mesures utiles, efficaces, lisibles, opérationnelles, et certainement moins conflictuelles que le pass sanitaire sur les lieux de travail. 

Budget initial 2022 d’Inria : l’analyse des élu.es du SGEN CFDT

Posted on Updated on

L’augmentation du budget 2022 grâce au plan de relance dénote l’intérêt des tutelles pour une recherche forte en informatique et numérique. Ce point nous paraît positif dans un contexte où le numérique joue un rôle important dans la société, il est indispensable pour comprendre ce rôle et l’orienter de s’appuyer sur des connaissances et une réflexion solides, et donc de mettre des moyens à cette fin.

La part BMI* du budget, qui est un sujet qui ne fait pas consensus dans notre syndicat et chez le personnel en général, est apparue aux représentants au CA comme un élément susceptible de porter une stratégie de recherche et de technologie, ce qui s’impose afin de s’emparer des grands problèmes du monde contemporain. Un équilibre est à trouver entre cette stratégie résolument tournée vers l’utilité sociale de l’institut, et les disciplines fondamentales qui le constituent, participant également à plus long terme à l’élaboration de connaissances qui permettent une recherche solide, fiable, utile.

Nous notons que l’augmentation des moyens s’accompagne d’une volonté de stabilité du taux des postes de soutien et de support à la recherche, ce qui nous paraît très important. Nous serons attentifs à la répartition de ces moyens, afin de ne pas mettre en difficulté le personnel, chercheuses et chercheurs ou personnel d’appui.

Nous avons néanmoins plusieurs points de vigilance et d’alerte concernant ce budget, et nous voulons pour ces raisons être attentifs à son exécution :

  – Avoir les moyens d’une politique scientifique est une chose, et examiner quelle politique ils servent en est une autre. La répartition des moyens en particulier est un point crucial, et nous ne voudrions pas que tous les moyens soient concentrés sur quelques-uns au détriment de la majorité. Il est important de veiller à un équilibre entre la recherche fondamentale en informatique et la recherche à visée technologique à court terme.
  – Nous nous étonnons de l’absence de prise en compte des limites planétaires dans ce budget. Il n’est nulle part fait mention de l’impact environnemental des technologies prônées ou promises. Maximiser son impact ne peut pas être un objectif s’il n’est pas vu au prisme de l’écologie. Ce sujet est non seulement un sujet de recherche possible pour l’institut, ce que dénote le PEPR agro-écologie numérique par exemple, mais c’est aussi un sujet social concernant tout le personnel. Il est nécessaire de réfléchir à toutes les échelles à la façon dont l’institut transforme le monde et si cette façon est compatible avec les limites planétaires, et cette réflexion manque singulièrement à la politique affichée par le budget.
  – Nous ne cautionnons pas et nous ne soutenons pas la politique d’affaiblissement des statuts du personnel, par les CPJ et ISFP, et ne nous satisfaisons pas de ce coût à payer pour l’augmentation de moyens
  – Le repli sur les enjeux nationaux et le fléchage des collaborations internationales nous paraît nuisible à l’activité scientifique, la privant de sa dimension universelle.
  – Le terme « assumer la technologie » qui vient en complément de l’excellence scientifique nous paraît malvenu : sa signification n’est pas claire, il semble sous-entendre qu’une recherche qui n’assumerait pas la technologie ne serait pas soutenue.
  – Enfin la disparition de l’organisation efficace et sereine (présente au COP mais absente des déclarations politiques au moment des budgets, qui sont censés implémenter le COP) des éléments communiqués à l’extérieur nous semble aussi malvenue : nous devons être fiers et afficher nos politiques sociales internes (conditions de travail, politique handicap, parité…), et un des objectifs de l’institut devrait être les bonnes conditions de travail, ce n’est pas une évidence et nous ne souhaitons pas mettre cet aspect en retrait.

Le vote positif porté par notre organisation via les représentants au CA n’est donc en aucun cas un blanc-seing accordé à la direction de l’institut ou une acceptation des dispositifs de la LPR que nous n’approuvons pas et que nous continuerons à combattre. Cependant, ce budget va accorder à l’institut des moyens conséquents pour mener des projets de recherche ambitieux et pour recruter des personnels scientifiques et de support sur des postes pérennes. Nous porterons cependant un regard critique dans l’usage qui sera fait de ces crédits en regard des points de vigilance énoncés ci-dessus. * BMI : Budget des Moyens Incitatifs

         * BMI : Budget des Moyens Incitatifs