La contribution de la France dans la production scientifique mondiale : évolution entre 2000 et 2016

Posted on Updated on

La France passe du 5ème rang en 2000 au 8ème rang en 2016 des contributeurs aux publications scientifiques mondiales, après avoir été dépassée par la chine en 2003, l’inde en 2014 et l’Italie en 2016. En comparaison, la Corée est passée devant les Pays-Bas en 2003, l’Australie et la Russie en 2004, l’Espagne en 2012 et le Canada en 2014. La Corée est en 9ème position, juste derrière la France, avec un effort R&D à plus de 4% de son PIB comparé à celui de la France (2,22% en 2016)… devinez ce qu’il va bientôt se passer  !

Extraits du rapport  Dynamics of scientific production in the world, in Europe and in France, 2000-2016 (HCERES-OST, juin 2019)* :

 « Entre 2000 et 2016, trois pays à forte intensité de recherche ont maintenu leur rang en termes de contribution aux publications scientifiques mondiales : États-Unis (1), Royaume-Uni (3) et Allemagne (4). La Chine est passée de la 8ème à la 2ème place et l’Inde de la 12ème à la 6ème. La Corée du Sud est passée du 14 au 9ème rang et l’Iran du 20 au 16ème. Pendant ce temps, le Japon a chuté du 2 au 5ème rang, la France du 5ème au 8ème rang et le Canada du 6 au 10ème rang. Le nombre de publications produites par La Russie a très peu changé jusqu’au début des années 2010, passant de la 9ème à la 14ième place.

 « En 2012-2014, l’UE a produit près de 30% des publications scientifiques mondiales, devant les Etats-Unis (21%) et la Chine (15%). Les États-Unis restent toutefois en tête dans la production des 1% des publications les plus citées (33% contre 30% pour l’UE).

« Au sein de l’UE, les positions relatives des 10 principaux contributeurs aux publications scientifiques ont changé. Le Royaume-Uni reste le principal contributeur, mais son nombre de publications n’est plus que légèrement supérieur à celui de l’Allemagne qui a connu une croissance plus dynamique. L’Italie, qui a connu également une croissance beaucoup plus rapide en nombre de publications que la France, l’a dépassée en 2016.

« En 2016, la France reste hautement spécialisée en mathématiques : la part des mathématiques dans le total de ses publications est supérieure de 70% à la moyenne mondiale. Elle est également spécialisée en physique, en sciences de la terre, en astrophysique et informatique, avec une part de ces disciplines dans sa production supérieure de 20% à la moyenne mondiale. La part de la recherche médicale et de la biologie fondamentale dans les publications françaises est juste au-dessus de la moyenne mondiale, tandis que la part de la biologie appliquée est juste en dessous. Depuis 2000, la part des sciences humaines dans les publications françaises a oscillé entre 80% et 100% de la moyenne mondiale ; en ingénierie, elle oscille entre 80 et 90%.”

*Le rapport est ici en pdf (attention c’est lourd (3 000Ko) et en anglais …)

Top 20 contributeurs publications 2000-2016

https://www.hceres.fr/fr/publications/dynamics-scientific-production-world-europe-and-france-2000-2016La place de la France dans les c

Print Friendly, PDF & Email