Budget

Budget initial 2022 d’Inria : l’analyse des élu.es du SGEN CFDT

Posted on Updated on

L’augmentation du budget 2022 grâce au plan de relance dénote l’intérêt des tutelles pour une recherche forte en informatique et numérique. Ce point nous paraît positif dans un contexte où le numérique joue un rôle important dans la société, il est indispensable pour comprendre ce rôle et l’orienter de s’appuyer sur des connaissances et une réflexion solides, et donc de mettre des moyens à cette fin.

La part BMI* du budget, qui est un sujet qui ne fait pas consensus dans notre syndicat et chez le personnel en général, est apparue aux représentants au CA comme un élément susceptible de porter une stratégie de recherche et de technologie, ce qui s’impose afin de s’emparer des grands problèmes du monde contemporain. Un équilibre est à trouver entre cette stratégie résolument tournée vers l’utilité sociale de l’institut, et les disciplines fondamentales qui le constituent, participant également à plus long terme à l’élaboration de connaissances qui permettent une recherche solide, fiable, utile.

Nous notons que l’augmentation des moyens s’accompagne d’une volonté de stabilité du taux des postes de soutien et de support à la recherche, ce qui nous paraît très important. Nous serons attentifs à la répartition de ces moyens, afin de ne pas mettre en difficulté le personnel, chercheuses et chercheurs ou personnel d’appui.

Nous avons néanmoins plusieurs points de vigilance et d’alerte concernant ce budget, et nous voulons pour ces raisons être attentifs à son exécution :

  – Avoir les moyens d’une politique scientifique est une chose, et examiner quelle politique ils servent en est une autre. La répartition des moyens en particulier est un point crucial, et nous ne voudrions pas que tous les moyens soient concentrés sur quelques-uns au détriment de la majorité. Il est important de veiller à un équilibre entre la recherche fondamentale en informatique et la recherche à visée technologique à court terme.
  – Nous nous étonnons de l’absence de prise en compte des limites planétaires dans ce budget. Il n’est nulle part fait mention de l’impact environnemental des technologies prônées ou promises. Maximiser son impact ne peut pas être un objectif s’il n’est pas vu au prisme de l’écologie. Ce sujet est non seulement un sujet de recherche possible pour l’institut, ce que dénote le PEPR agro-écologie numérique par exemple, mais c’est aussi un sujet social concernant tout le personnel. Il est nécessaire de réfléchir à toutes les échelles à la façon dont l’institut transforme le monde et si cette façon est compatible avec les limites planétaires, et cette réflexion manque singulièrement à la politique affichée par le budget.
  – Nous ne cautionnons pas et nous ne soutenons pas la politique d’affaiblissement des statuts du personnel, par les CPJ et ISFP, et ne nous satisfaisons pas de ce coût à payer pour l’augmentation de moyens
  – Le repli sur les enjeux nationaux et le fléchage des collaborations internationales nous paraît nuisible à l’activité scientifique, la privant de sa dimension universelle.
  – Le terme « assumer la technologie » qui vient en complément de l’excellence scientifique nous paraît malvenu : sa signification n’est pas claire, il semble sous-entendre qu’une recherche qui n’assumerait pas la technologie ne serait pas soutenue.
  – Enfin la disparition de l’organisation efficace et sereine (présente au COP mais absente des déclarations politiques au moment des budgets, qui sont censés implémenter le COP) des éléments communiqués à l’extérieur nous semble aussi malvenue : nous devons être fiers et afficher nos politiques sociales internes (conditions de travail, politique handicap, parité…), et un des objectifs de l’institut devrait être les bonnes conditions de travail, ce n’est pas une évidence et nous ne souhaitons pas mettre cet aspect en retrait.

Le vote positif porté par notre organisation via les représentants au CA n’est donc en aucun cas un blanc-seing accordé à la direction de l’institut ou une acceptation des dispositifs de la LPR que nous n’approuvons pas et que nous continuerons à combattre. Cependant, ce budget va accorder à l’institut des moyens conséquents pour mener des projets de recherche ambitieux et pour recruter des personnels scientifiques et de support sur des postes pérennes. Nous porterons cependant un regard critique dans l’usage qui sera fait de ces crédits en regard des points de vigilance énoncés ci-dessus. * BMI : Budget des Moyens Incitatifs

         * BMI : Budget des Moyens Incitatifs

Protégé : Projet de budget 2022 : vote négatif du Cneser et adoption d’une motion pointant le sous-encadrement (NT 16/11/2021)

Posted on Updated on

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Protégé : Projet de Mires 2022 : les principales critiques des groupes d’opposition à l’Assemblée nationale (NT 3-11-2021)

Posted on Updated on

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Protégé : PLF 2022 : près de 7,5 Md€ en CP pour le programme 172 (+4,5 %) qui décline des mesures de la LPR (NT 18/10/2021)

Posted on Updated on

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Protégé : Projet de budget 2022 : 24,6 Md€ pour le Mesri, +706 M€ par rapport à 2021 (NT 22/09/2021)

Posted on Updated on

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Protégé : PLF 2022 : 29 Md€ pour la Mires (+ 800 M€) et 3,5 Md€ pour les investissements d’avenir (Bercy) (NT 22/09/2021)

Posted on Updated on

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Protégé : Inria : le budget initial 2021 adopté avec une nouvelle structuration, contre l’avis des syndicats (NT 18 12 2020)

Posted on Updated on

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :