Restauration au CNRS : vous avez dit social ?

Posted on Updated on

LE 05-36
<doc25|right>La restauration au CNRS est depuis sa création un problème épineux pour le CNRS. D’abord reconnue comme une avancée sociale, la restauration est en passe de devenir un gouffre aussi bien pour le CNRS que pour les rationnaires.
_ Les différents partenaires s’étaient entendus pour gérer la restauration du CNRS selon des normes sociales. C’est à dire en faisant payer le rationnaire selon son salaire. La moyenne entre les hauts et les bas tarifs était alignée sur le coût du contenu de l’assiette. Avec l’arrivée, d’une part des prestataires de service et d’autre part du repas par point, le système déraille complètement et les prix s’envolent.
_ Actuellement, le CNRS se défausse de plus en plus sur le prestataire et le prix payé recouvre davantage que la restauration. De plus le prestataire voulant faire des bénéfices avance tous les prétextes pour augmenter ses prix. Alors que le contrat prévoit que seule l’augmentation des denrées alimentaires peut justifier une augmentation du tarif des repas en cours de contrat, à la dernière commission nationale de restauration, une hausse des prix des aliments de 8,5 % a été avancée pour 2005 afin de justifier une augmentation importante du tarif des repas. Or, après renseignement auprès de l’INSEE, la hausse des prix des denrées alimentaires est de l’ordre de 1% cette année.
_ {{Le SGEN-CFDT dénonce cette dérive et demande une clarification des marchés passés avec les prestataires et des contrôles effectifs des tarifs.}}
_ Par ailleurs, la restauration est décomptée du budget social du CNRS. C’est un scandale, car elle n’a plus rien de social. Il a même été dit que certains agents de petite catégorie ne prendraient plus de plat principal pour se nourrir au prix le plus bas. Où est le social alors que ce sont ces personnes qui devraient être soutenues en priorité ? Invoquant cette augmentation du coût de la restauration, le CNRS diminue d’autant la part réellement sociale du budget. Cela se traduit par une suppression de l’aide à la primo-accession, un budget très insuffisant pour les chèques vacances et les titres emploi service, des moyens limités en matière de handicap, d’aide à la personne ou de logement.
{{Le SGEN-CFDT demande que le budget social soit résolument orienté vers le social et augmenté en conséquence}}.
_ Il demande également que la restauration ne relève plus de l’action sociale mais devienne un accompagnement de la recherche au même titre que la médecine de prévention ou la formation.

{{Transposition dans la fonction publique de la directive européenne sur les CDD*}}
_ [*Loi du 26 juillet 2005 (2005-843) en particulier articles 12 et 13 du chapitre III consacrés à la lutte contre la précarité]
_ {{Le SGEN-CFDT vous informe sur ce que dit la loi :}}_ Dans la fonction publique, il était jusqu’à présent possible de recruter, pour des emplois de catégorie A, des personnels en CDD de 3 ans renouvelable par reconduction express.
_ Dorénavant, la durée de ces CDD est limitée à 6 ans ; au delà, le CDI devient une obligation (article 12 de la loi).
_ L’article 13 s’attache à fixer les conditions de renouvellement des contrats en cours :
_ – pour les personnes de plus de 50 ans au 1er juin 2004 ou au terme de leur contrat en cours, ce contrat est transformé automatiquement en CDI si l’agent est en fonction et s’il justifie d’une durée de contrat au moins égale à 6 ans au cours des 8 dernières années.
_ – pour les autres, qui sont en CDD à la date de publication de la loi et en fonction de manière continue depuis 6 ans au moins, si leur contrat venu à terme est renouvelé, il ne pourra être reconduit qu’en CDI.

Print Friendly, PDF & Email