Élection aux CAP : c’est MAINTENANT qu’il faut voter SGEN-CFDT

Posted on

LE 06-01
{{CAP : le sens d’un vote pour le plus grand nombre possible d’élu(e)s SGEN-CFDT}}

Les élus du SGEN-CFDT ont une bonne connaissance de tous les dossiers présentés en CAP grâce au travail d’analyse effectué par les militants en région. Ils sont ainsi capables d’argumenter face à l’administration pour récuser des dossiers « imposés » sans justification par les directions et plaider pour des dossiers « oubliés ».
_ Le SGEN-CFDT demande que les quota de promotions soient attribués, non pas par les directions scientifiques d’appartenance des agents, mais au prorata des promouvables par branches d’activité professionnelle. Le travail de sélection et de comparaison des dossiers par famille de métiers serait incontestablement de meilleure qualité que celui effectué actuellement selon le rattachement administratif des agents.
_ Le SGEN-CFDT demande que les listes préparées par l’administration, pour examen des promotions, comportent un plus grand nombre de noms (au moins le double des possibilités offertes) afin que les CAP puissent jouer tout leur rôle.

{{Résorption de la précarité dans les laboratoires du CNRS}}
_ Suite à des demandes répétées du SGEN-CFDT, la direction du CNRS a organisé cette année de façon différente de nouveaux concours réservés à la résorption de l’emploi précaire. Les profils des postes ouverts à ces concours ont été cette fois-ci, comme nous le demandions, déterminés en fonction de situations de précarité existantes et non plus selon les seuls critères retenus par les directions scientifiques. Résultat: contrairement au fiasco observé l’an dernier, tous les postes mis au concours cette année ont été pourvus. Bien qu’occupant un emploi permanent, les personnes reçues connaissaient toutes de réelles situations de précarité, ce sont maintenant des agents titulaires du CNRS.

{{Reconnaître aux femmes leur place légitime : au-delà des belles paroles, la parité doit se traduire par des actes.}}
_ L’absence de femmes parmi les personnalités nommées au conseil d’administration du CNRS a été la goutte de trop qui a fait déborder un vase déjà bien plein. Le SGEN-CFDT, qui a toujours milité pour une parité dans le monde de la science, a d’abord relayé les initiatives prises face à une situation toujours plus désastreuse en appelant à signer la pétition « Femmes au CNRS ». Le SGEN-CFDT a également interpellé sénateurs et députés pour que soient inscrites dans la loi recherche des dispositions garantissant une représentation hommes femmes plus équilibrée dans les conseils et les directions et obligeant à ce qu’un point régulier soit fait sur cette question. Ces dispositions font maintenant partie de la loi.
_ Les syndicalistes du SGEN-CFDT ont été les seuls à effectuer une telle démarche. Comme ils ont été les seuls à répondre à l’initiative prise par quatre femmes, élues ou nommées du précédent conseil d’administration du CNRS, suggérant aux nouveaux nommés de démissionner afin de permettre au ministre d’effectuer de nouvelles nominations plus équilibrées. Les membres du SNTRS et de la CGT, du SNCS et de la FSU, en ne répondant même pas à cette initiative, montrent leur refus de passer de la déclaration de principe aux actes concrets.

{{ÉLECTIONS AUX CAP : VOTEZ POUR LES CANDIDATS DU SGEN-CFDT
CE SERONT DES ELUS TENACES ET RESOLUS A VOUS DEFENDRE}}
_ {Attention : date limite de réception des votes le 10 janvier
C’est aujourd’hui que vous devez poster votre courrier}

Print Friendly, PDF & Email