Budget Inria 2021 : le Sgen vote CONTRE !

Posted on Updated on

Intervention du SGEN CFDT au CA de l’Inria du 17 décembre 2020

Nous notons l’engagement des tutelles dans le budget Inria, qui connaît cette année une augmentation notable. Nous notons également la volonté d’Inria d’affecter une partie de ce budget à des actions incitatives susceptibles d’aider les chercheuses et chercheurs de l’institut à s’engager dans des nouvelles pistes afin de répondre aux grandes questions du monde contemporain.

Cet engagement des tutelles demande des contreparties, ce qui est compréhensible, mais les engagements demandés à l’institut sont souvent mal reçus par le personnel.

Il est mentionné en page 5 de la note que « les modalités permises par la LPR sont bien entendu structurantes ». Or, les modalités de la LPR, vue comme une loi délétère pour les conditions de travail, sont combattues par une grande partie de la communauté. Les moyens promis par la LPR ne justifient pas l’introduction de dispositifs visant à augmenter la précarité et la compétition qui sont nuisibles aux conditions de vie et de travail. Nous ne voulons pas que sous prétexte d’une augmentation de budget, les personnels de l’institut en payent le prix en termes de stabilité, d’autonomie et de possibilité de se projeter dans l’avenir. Nous rappelons en particulier notre opposition à ce qui est présenté comme une « diversification » des statuts, et qui n’est pour nous qu’une précarisation sous couvert de valorisation.

Nous constatons qu’un objectif fort du COP, « construire une organisation sereine et efficace », n’est pas repris dans ce budget initial, alors que d’autres objectifs, sur lesquels nous avons des réserves que nous avons exprimées en temps voulu, sont mis en avant. Ceci conforte notre crainte que l’augmentation du budget ne soit pas corrélée avec une amélioration des conditions de travail.

S’il est compréhensible que le budget implémente les objectifs du COP, nous nous inquiétons qu’il ne fasse pas de place à ce qui est susceptible de lui échapper. La recherche fondamentale pourrait par exemple être mise en difficulté par les dispositifs de ce budget, en particulier la structuration en 3 parties. Nous appelons à faire toute sa place à l’incertitude et à la nouveauté ainsi qu’au maintien de savoirs importants dans l’institut. Le COP, s’il est logiquement structurant, ne devrait pas être exclusif.

C’est pourquoi nous voterons contre ce budget qui implémente des dispositifs que nous combattons.

Print Friendly, PDF & Email