REVALORISATION DE LA PRIME CHERCHEUR : c’est URGENT !

Posted on Updated on

  REVALORISATION DE LA PRIME CHERCHEUR : c’est URGENT !

Le montant de la « prime Chercheur » dans son format actuel est scandaleusement bas : environ 1 000 euros1 brut par an (80 euros brut par mois).

C’est 7 fois moins que le montant de la prime minimum versée à tout Ingénieur de recherche2. Rien ne justifie un tel écart entre des agents qui ont, pour le moins, le même niveau de formation et portent des responsabilités comparables.

Le montant de la prime chercheur est l’un des plus bas de toute la fonction publique d’état, toutes catégories confondues !

Pourquoi un tel traitement ?

Cette injustice doit être réparée dans les meilleurs délais :

Le Sgen-CFDT RechercheEPST

  • réclame une hausse de la prime pour tous les chercheurs à un niveau correspondant à celui des IR des EPST,
  • exige du ministère le déblocage des crédits nécessaires 

 

(1) Au CNRS, les deux tiers des chercheurs ne touchent que la « prime chercheur » : 930 euros … par an  (1 113 euros pour les DR2). En plus de cette prime (bilan social 2016), 12% des chercheurs perçoivent une Indemnité spécifique pour fonctions d’intérêt collectif (ISFIC)  d’un montant moyen de 6 979 euros et 22% des chercheurs touchent une Prime d’encadrement doctoral et de recherche (PEDR) d’un montant moyen de 3 706 euros.
(2) Montant du socle indemnitaire IFSE au CNRS pour un IR1 (ce que perçoit un IR1 au minimum) : 7 116 euros (hors CIA et garantie indemnitaire PFI).

Glossaire des sigles et acronymes : https://epst-sgen-cfdt.org/?p=2393