Carrière

Amélioration du pouvoir d’achat des agents : le gouvernement avance ses propositions

Posted on

.

<img471|left>{{La ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu propose de revaloriser sur cinq ou six ans les grilles de rémunération des quelque 5 millions d’agents publics. Elle entend boucler le 2 juin la négociation avec les syndicats.}}

Les agents publics vont bénéficier d’une “vague” de revalorisation de leurs carrières qui s’étalera au-delà de 2017 pour aller, même, jusqu’à 2020 ou 2021, a annoncé ce 10 mars la ministre en charge de la Fonction publique à la suite d’une réunion avec les représentants syndicaux. Cette revalorisation sera inédite depuis le vaste accord Durafour de 1990 rénovant les grilles salariales, dont l’application s’étendait sur sept ans. Elle concernera toutes les catégories de personnels, à ….
{{ [Pour plus d’informations …->http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250268587708&cid=1250268586235]
}}

{{Faciliter la mobilité des agents}} : Les rencontres qui vont débuter avec les organisations syndicales se concluront le 2 juin prochain. La ministre a exprimé sa préférence pour la signature d’un accord global, sans cependant être certaine que cette solution prévaudra. Ce calendrier permet … {{ [Pour plus d’informations …->http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250268587708&cid=1250268586235]
}}

{{Des avancements de grade plus limités ?}} : La ministre a aussi évoqué des mesures de simplification. De source syndicale, on sait par exemple qu’en cas de détachement d’un agent, l’avis de la commission administrative paritaire de départ ne serait plus sollicité. Pour la ministre, la mobilité pourrait progresser en … {{ [Pour plus d’informations …->http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250268587708&cid=1250268586235]

Écarts de rémunérations entre les femmes et les hommes dans la fonction publique

Posted on Updated on

Le statut des fonctionnaires garantit l’égalité de traitement des agents à toutes les étapes de la carrière. Pourtant, les écarts de rémunérations entre les femmes et les hommes étaient encore évalués à 15,6 % dans la Fonction publique de l’État en 2006 selon le rapport Guégot remis en décembre 2011 au Président de la République.

Ce rapport a notamment donné lieu au protocole d’accord du 8 mars 2013 relatif à l’égalité …
La suite …

Etude “Parcours de chercheur-e au CNRS”

Posted on Updated on

Le CNRS vient de mettre en ligne l’étude “Parcours de chercheur-e au CNRS“.

Il s’agit d’une étude longitudinale qui permet grâce à sa méthodologie, l’analyse des évolutions de carrière des chercheur-e-s entrés au CNRS en qualité de chargé de recherche deuxième classe au début des années 90.

Cette étude, qui considère les chercheur-e-s entrés au CNRS en qualité de chargé de recherche deuxième classe dans les années 90, observe 1 194 agents sur une durée commune de 18 années pleines.

Carrières et rémunérations : la CFDT attend du concret

Posted on Updated on

La ministre de la Fonction publique a présidé un point d’étape de la négociation engagée sur les parcours professionnels, carrières et rémunérations. Elle y a présenté les grandes orientations pour les prochaines séquences consacrées à la gestion des agents et, surtout, à la grille de rémunération (voir notre article sur le sujet).

La CFDT Fonctions publiques note positivement le choix du Gouvernement d’inscrire la négociation dans le respect du statut et des principes régissant la Fonction publique. De même, la CFDT Fonctions publiques retrouve un certain nombre de ses revendications dans la méthode et les principes.
Pour autant, et dans la mesure où la ministre n’a fait aucune annonce chiffrée, la CFDT Fonctions publiques sera particulièrement attentive à ce que l’ensemble des agents soient gagnants.

La CFDT Fonctions publiques ayant rendu publiques ses revendications et propositions, c’est à cette aune qu’elle avancera dans la suite de la négociation et jugera du point d’arrivée.

Communiqué de la CFDT Fonctions publiques : 
Madame la ministre,

Tout d’abord, la CFDT note positivement le choix du Gouvernement d’inscrire la négociation dans le respect du statut et des principes régissant la Fonction publique.

La réunion que vous présidez aujourd’hui s’inscrit dans le calendrier de la négociation sur l’ « Avenir de la Fonction publique : PPCR », calendrier et méthode que nous avons arrêtés collectivement il y a maintenant un an. La CFDT a pris bonne note des orientations que vous venez de donner tout en respectant pleinement la négociation à venir.

Sur l’organisation de la négociation, la CFDT Fonctions publiques a dit sa … (Lire la suite)

GIPA 2015 : le simulateur de calcul de la CFDT

Posted on Updated on

Un arrêté paru le 13 février fixe au titre de l’année 2015 les éléments à prendre en compte pour le calcul de l’indemnité de garantie individuelle du pouvoir d’achat (GIPA). Pour la période de référence du 31 décembre 2010 au 31 décembre 2014, le taux de l’inflation ainsi que les valeurs annuelles du point d’indice à prendre en compte sont les suivants :
– taux de l’inflation : + 5,16 %
– valeur moyenne du point d’indice en 2010 : 55,4253 euros
– valeur moyenne du point d’indice en 2014 : 55,5635 euros.

La Gipa résulte d’une comparaison entre l’évolution du traitement indiciaire brut (TIB) détenu par l’agent sur une période de référence de quatre ans et celle de l’indice des prix à la consommation (hors tabac en moyenne annuelle) sur la même période. Si le TIB effectivement perçu par ….
La suite sur la page du simulateur de calcul de la GIPA

Emploi, salaires…

Posted on

Paris le 18 juin 2014

Depuis maintenant quatre années, les organisations syndicales CFDT – CFTC – CGT – FA-FP – FSU – SOLIDAIRES et UNSA dénoncent le gel de la valeur du point d’indice des agents de la Fonction publique.
Le Premier ministre a récemment confirmé la politique d’austérité salariale pour les agents publics en affirmant sa volonté de maintenir ce gel jusqu’en 2017. C’est inacceptable et nos organisations ont mobilisé les personnels le 15 mai dernier dans une journée nationale d’action pour exiger que soit mis fin à ce gel, et pour demander l’ouverture sans délai de négociations salariales, notamment sur la valeur du point d’indice.

Elles exigent également que soient créés des emplois publics de qualité correspondant aux besoins afin notamment de faire face à la précarité qui perdure et pour résorber les sous effectifs qui existent et s’aggravent dans de nombreux secteurs.

Après cette journée significative de mobilisation, le gouvernement a dû reconnaître qu’il existe bien un problème salarial dans la Fonction publique. Il a décidé d’alléger les cotisations retraites pour améliorer la situation des plus bas salaires. Cette décision n’est pas la mesure générale attendue à la question posée à nouveau le 15 mai dernier.

La Fonction publique joue un rôle essentiel pour garantir l’égal accès aux droits de toutes et tous, mais également pour l’activité économique : elle représente 20% de l’emploi. Vous ne pouvez donc qu’être sensibles à la situation des agents publics qui travaillent dans les trois versants de la Fonction publique : hospitalière, territoriale ou celle de l’Etat. Ces personnels connaissent depuis plus d’une décennie une baisse de leur pouvoir d’achat et les inégalités de traitement s’accroissent, menaçant ainsi la cohésion des collectifs de travail.

Pour toutes ces raisons, nos organisations continuent d’exiger :
– la tenue d’un rendez-vous salarial qui doit permettre une revalorisation immédiate de la valeur du point d’indice;
– l’intégration d’une large partie des primes dans le traitement indiciaire;
– l’égalité salariale entre les femmes et les hommes;
– la nécessaire refonte de la grille pour une meilleure reconnaissance des qualifications.

En matière d’emplois, nous exigeons des emplois statutaires pour répondre à l’ensemble des missions ; des garanties accrues pour les contractuels ; des perspectives de carrière et de mobilité choisie pour tous les agents et des conditions décentes pour la mise en œuvre des missions de service public pour lesquelles les personnels se sont engagés au service de l’intérêt général.

Nous avons par conséquent fait le choix aujourd’hui de vous interpeller car vous décidez des grandes orientations de notre pays, et que vous allez très prochainement avoir à vous prononcer sur les lois de finances rectificatives. Nous estimons que, notamment à cette occasion, il serait juste et important que vous interveniez pour soutenir ces légitimes attentes.

Nous vous prions de recevoir, Madame, Monsieur, l’expression de nos considérations distinguées.

CFDT – CFTC-FAE – Solidaires FP – FA-FP – CGT-FP – FSU – UNSA

Écarts de rémunérations entre les femmes et les hommes dans la fonction publique

Posted on

Le statut des fonctionnaires garantit l’égalité de traitement des agents à toutes les étapes de la carrière. Pourtant, les écarts de rémunérations entre les femmes et les hommes étaient encore évalués à 15,6 % dans la Fonction publique de l’État en 2006 selon le rapport Guégot remis en décembre 2011 au Président de la République.

Ce rapport a notamment donné lieu au protocole d’accord du 8 mars 2013 relatif à l’égalité … la suite

 

Amélioration du pouvoir d’achat des agents : le gouvernement avance ses propositions

Posted on

La ministre de la Fonction publique Marylise Lebranchu propose de revaloriser sur cinq ou six ans les grilles de rémunération des quelque 5 millions d’agents publics. Elle entend boucler le 2 juin la négociation avec les syndicats. Read the rest of this entry »

Des carrières, pas des primes !

Posted on

Le SGEN-CFDT Recherche EPST alerte la communauté scientifique sur les effets délétères des projets en matière de rémunération que le Ministère et les Directions des organismes imposent dans la recherche publique.
_ Il dénonce la volonté d’individualisation croissante des rémunérations alors même que le travail de recherche nécessite toujours davantage de coopération, de collaboration, d’interaction.
_ Il continue à exiger de meilleures carrières et pour cela l’accroissement des possibilités de promotion, le plus sûr moyen de reconnaître, après évaluation par les pairs, les qualités scientifiques ou techniques de chacun, la véritable «excellence».

Dans la continuité de la pétition « Pour une amélioration des salaires et des carrières et contre la prime dite ‘d’Excellence Scientifique’ (PES) »[[ [http://www.petition-pes.fr->http://www.petition-pes.fr] ]] et de la motion préparée par les représentants des personnels au CTP du CNRS [[Motion que la direction a refusé de mettre au vote lors de sa séance du 20/10/09: «Le Comité Technique Paritaire se prononce contre la mise en place d’une prime d’excellence scientifique au CNRS. Le comité technique paritaire propose que les sommes allouées à la Prime d’Excellence Scientifique soient utilisées pour: une revalorisation des débuts de carrières, une augmentation significative des avancements (changements de corps), une revalorisation de la Prime de recherche pour tous les chercheurs.»]], le SGEN-CFDT Recherche EPST s’est penché sur le dossier, tous organismes confondus, de l’ensemble des primes dans les organismes. Concernant le projet d’introduction d’une modulation sur critères de résultats de la Prime de Participation à la Recherche Scientifique (PPRS) des ingénieurs et techniciens, il demande au contraire, l’application d’un même taux de gestion (16% au minimum) pour tous les agents quels que soient le corps et le grade. Il demande également une transparence totale dans son attribution quels que soient les types d’unités (propres, mixtes et plateformes) et de services (délégations, siège).Pour améliorer réellement l’attractivité des carrières, le SGEN-CFDT Recherche EPST demande également que toutes les primes soient intégrées au salaire et mensualiséeset que des mesures d’aide spécifiques soient introduites pour les jeunes agents.

{{Le SGEN-CFDT Recherche EPST demande enfin que les organismes réaffirment vigoureusement le principe de liberté de la recherche et écartent tout mécanisme engendrant des effets d’allégeance à la hiérarchie, mère du conformisme, nuisible à toute créativité.}}

Carrières longues… … ceux qui ont commencé à travailler jeunes risquent d’attendre…

Posted on

En effet depuis le 1er janvier 2004, les salariés du privé ayant commencé à travailler avant 17 ans pouvaient partir à 59 ans sous réserve de totaliser 168 trimestres validés dont 160 cotisés. Depuis le 1er janvier 2008 ceux ayant commencé à travailler avant 16 ans pouvaient partir à 56 ans sous réserve de totaliser 168 trimestres cotisés. Depuis 2005 ces dispositions étaient applicables aux fonctionnaires.
A partir du 1er janvier 2009, les salariés du privé ayant commencé à travailler avant 17 et 16 ans pourront toujours partir respectivement à 59 et à 56 ans mais le nombre de trimestres exigés augmentera progressivement entre 2009 et 2012 en fonction de l’année de naissance (circulaire 2008-41 du 25 juillet 2009).

Ainsi, un salarié né en 1950 pourra soit prendre sa retraite:
– À 58 ans avec 170 trimestres validés dont 166 cotisés et 5 trimestres validés avant la fin de l’année civile de ses 16 ans.
– À 59 ans avec 170 trimestres validés dont 162 cotisés et 5 trimestres validés avant la fin de l’année civile de ses 17 ans ou 4 trimestres dans l’année des 17 ans.

Lors du «rendez-vous des retraites de 2008», le gouvernement avait annoncé que les nouvelles dispositions seraient les mêmes pour le secteur privé et le secteur public, comme cela était déjà le cas depuis 2004, suite à la réforme des retraites de 2003.

À ce jour, les textes d’applications concernant la Fonction Publique n’ont pas été publiés. Or, depuis le mois d’octobre 2008, le Ministère de la Fonction publique a purement et simplement suspendu les dossiers de départ en retraite anticipée pour carrière longue prenant effet à compter du 1er janvier 2009 dans l’attente de la parution officielle des nouvelles dispositions. Ainsi, les fonctionnaires qui souhaitaient pouvoir partir en 2009 dans le cadre des carrières longues sont dans l’incertitude la plus complète. Cette situation est sans précédent. Ceux ayant décidé de partir en janvier 2009 et qui actuellement liquident leurs congés ne savent pas s’ils doivent reprendre leur travail le 2 janvier 2009.

Le Sgen-CFDT Recherche EPST à écrit au Ministre du Budget, Monsieur Eric WOERTH, pour intervenir au plus vite afin que les textes attendus soient publiés dans les meilleurs délais. Dans l’immédiat, les anciennes dispositions n’ayant pas été abrogées, celles-ci restent donc juridiquement applicables et la suspension du traitement des dossiers apparaît illégale.

Si vous êtes dans ce cas faites-vous connaître auprès de notre syndicat.

SGEN-CFDT Recherche EPST