égalité professionnelle

Suivi de l’accord égalité F/H du 30 novembre 2018

Posted on Updated on

Publié le 03/09/2021 Par CFDT – Fonction publique

Ce comité de suivi s’est tenu en présence de la Ministre qui a présenté un compte-rendu genré de l’enquête en ligne auprès des cadres supérieurs des trois versants de la fonction publique. D’autres sujets ont été abordés tels que la mise en œuvre des plans d’actions, l’égal accès aux métiers et rémunération, l’articulation entre vie professionnelle et vie privée ….

Protégé : Le jour où Sophie Germain est devenue la première mathématicienne décorée (libé 9 août 2021)

Posted on Updated on

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Protégé : Ingénieurs : recrutements en baisse et part des femmes en hausse (NT 12 juillet 2021)

Posted on Updated on

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Comment le CNRS prend à bras-le-corps la question de l’égalité femmes-hommes (Campus matin)

Posted on Updated on

Lire l’article ici !

A NOTER en fin d’article :

Des inégalités femmes-hommes en diminution, mais néanmoins persistantes

Si la parité femmes-hommes a progressé sur la dernière décennie, le CNRS demeure marqué par les inégalités de genre, à différents niveaux.

En 2019, le CNRS compte 31 970 personnels (24 456 permanents et 7 514 contractuels), dont 43,2 % de femmes.

Féminisation inégale selon les secteurs d’activité

Si la parité est atteinte pour la catégorie des ingénieurs et techniciens (IT) avec 50 % de personnel féminin, celle des chercheurs n’est encore composée que de 34,3 % de femmes. Une donnée qui marque une amélioration sur la dernière décennie (en 1999, le chiffre était de 30,1 %), mais aussi la lenteur des progrès. Les ingénieures de recherche (IR) sont, elles, 32 %. Le corps des techniciens/ennes (le grade le moins élevé) étant le plus féminisé (à 65 %).

Plafond de verre

Malgré de nets progrès, le plafond de verre est toujours là. « On compte seulement 38 % de chargées de recherche (CR) et 30 % de directrices de recherche (DR), contre respectivement 32 % et 23 % il y a une dizaine d’années  », pointe Élisabeth Kohler.  Quant aux directrices d’unité, elles ne sont toujours que 22,4 % en 2019.

Disparités sectorielles

Mêmes disparités dans les différents domaines scientifiques. En mathématiques, les chercheuses ne sont que 18 %, contre 43 % en sciences biologiques et 48 % en SHS. « Paradoxalement, plus le nombre de femmes est important, plus le plafond de verre l’est aussi, relève Élisabeth Kohler. Par exemple, en biologie, il y a 50 % de CR, mais seulement 35 % de DR, alors qu’elles sont 18 % en maths dans les deux corps. »

Inégalités salariales

Côté salaires, les femmes gagnent 12,9 % de moins que les hommes, notamment en raison d’une progression de carrière plus lente. Mais l’écart a fortement diminué entre 2018 et 2019, dans des proportions inédites.

Protégé : CNRS : plan d’action égalité professionnelle 2021-2023 (NT 09 02 2021)

Posted on Updated on

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Protégé : Des labos aux plateaux, les chercheuses dans l’ombre (Libé 23 décembre 2020)

Posted on Updated on

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :