Prime

Barème des primes au CNRS – PPRS – IAT – PR – IFTS

Posted on Updated on

ATTENTION, TOUTES CES PRIMES N’EXISTENT PLUS DEPUIS LA MISE EN PLACE DU RIFSEEP (cliquez pour plus d’informations)

 

 

 

 

 

Information importante (Juin 2017) : La PPRS moyenne va être versée aux agents CNRS (Cliquez pour plus d’information). 

Vous trouverez, dans le document PDF en bas de page, les barèmes en vigueur depuis le 7 juillet 2015 des différentes primes en œuvre au CNRS :
– PR : PRime de recherche, pour les Directeurs et Chargés de recherche.
– IAT : Indemnité d’administration et de technicité, pour les Secrétaires administratifs de recherche (SAR), adjoints administratifs, agents administratifs de recherche.
– IFTS : Indemnité forfaitaire pour travaux supplémentaires, pour les chargés administratifs, attachés administratifs et secrétaires administratifs de recherche.
– PPRS : Prime de participation à la recherche scientifique, pour les ingénieurs, assistants-ingénieurs, techniciens, adjoints et agents techniques.

Nous avons aussi réalisé une page spéciale sur les montants PFI – Prime de Fonction Informatique

————————————————————

PPRS

Définition : La prime de participation à la recherche scientifique (PPRS) est réservée aux personnels ingénieurs et techniciens du CNRS pour leur contribution directe ou indirecte à la recherche pendant la période de référence.

Modalités :

– Elle est versée en deux fois, en juin et en décembre.
– Elle est pondérée en fonction de la quotité de travail.
– Elle n’est pas versée lorsqu’un agent est en congé de longue maladie ou de longue durée.
– Elle peut être minorée ou majorée à l’initiative du directeur d’unité en fonction de la qualité du service rendu : tenue du poste de travail, événements spécifiques (absences injustifiées ou surcharge de travail)…
– Il s’agit par conséquent d’une prime variable et personnelle.

 

bareme_primes_CNRS-PPRS
Clique sur l’image pour visualiser le barèmes des primes PPRS

RIFSEEP des ITRF et ITA : le Sgen-CFDT et l’UNSA-Éducation interpellent le Ministère

Posted on Updated on

Par un courrrier en date du 11 avril 2016, le Sgen-CFDT et l’UNSA-Éducation ont adressé un courrier commun au directeur de cabinet de la Ministre de l’Éducation Nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche :

 

Monsieur le Directeur de Cabinet,

Le Sgen-CFDT, et les syndicats de l’UNSA Éducation (A&I-UNSA, Sup’Recherche-UNSA et UNSA ITRF.BI.O) s’inquiètent de la mise en place du nouveau régime indemnitaire, RIFSEEP, des ITRF et ITA. Ils demandent formellement au MENESR de piloter politiquement ce dossier qui ne relève pas d’une simple opération technique et d’entendre leurs revendications.

Les organisations mentionnées ci-dessus rappellent que la mise en place du RIFSEEP dans l’ensemble de la fonction publique a pour objectif annoncé de faciliter la convergence des régimes indemnitaires en les rendant enfin transparents.

Pour les ITRF et les ITA, la mise en place du RIFSEEP doit en particulier permettre un rapprochement, par le haut, des indemnités perçues entre ces deux filières. Il ne serait pas acceptable qu’elles ne soient pas traitées conjointement avec un objectif de convergence. Mais il serait tout aussi inacceptable que les propositions des socles indemnitaires que formulera le MENESR soient éloignées de ceux obtenus par la filière de l’AENES.

Dans une dépêche de l’AEF du 11 mars 2016 vous signalez que vous allez porter la demande de certaines organisations syndicales d’exempter les filières ITRF et ITA auprès de la DGAFP.

Depuis, les négociations ont été stoppées. Les organisations signataires de ce courrier exigent une réponse rapide de votre part à cette demande d’exemption.

Dans l’attente d’une réponse de votre part, nous vous prions de croire, Monsieur le Directeur de Cabinet, en l’expression de nos salutations les plus distinguées.

Lien vers le courrier 

 

Tous les articles sur le RIFSSEP : Thème RIFSEEP

RIFSEEP ITRF et ITA : pour une convergence des régimes indemnitaires

Posted on Updated on

150px-Logo_CFDT_2012Communiqué de presse commun du 4 avril 2016

Le Sgen-CFDT, le SNPTES, l’UNSA ITRF.BI.O, A&I et sup’recherche, majoritaires au CTMESR,  s’inquiètent de la mise en place du nouveau régime indemnitaire, RIFSEEP,  des ITRF et ITA et demandent au MENESR de piloter politiquement ce dossier, qui ne relève pas d’une simple opération technique, et d’entendre leurs revendications. Faute de quoi, elles seraient contraintes d’appeler les personnels à se mobiliser pour faire entendre leurs voix.

Les organisations mentionnées ci-dessus rappellent que la mise en place du RIFSEEP dans l’ensemble de la fonction publique a pour objectifs annoncés de faciliter la convergence des régimes indemnitaires en les rendant enfin transparents.

Pour les ITRF et les ITA, la mise en place du RIFSEEP doit en particulier permettre  un rapprochement, par le haut, des indemnités perçues entre ces deux filières. Il serait inacceptable que les deux filières ne soient pas traitées conjointement, et avec cet objectif de convergence. Mais il serait tout aussi inacceptable que les propositions de montants indemnitaires que formulera le MENESR soient éloignées de ceux obtenus par la filière de l’AENES. Un effort particulier a été consenti pour les personnels de l’administration centrale. Il doit être étendu aux personnels des établissements de l’ESR et des services déconcentrés.

Par ailleurs, le cabinet du MENESR a relayé une demande d’exemption de l’application du RIFSEEP aux ITRF et ITA auprès de la DGAFP. Dans l’attente d’une réponse, les négociations ont été stoppées. Les organisations signataires de ce texte exigent une réponse rapide à cette demande afin que, si elle s’avérait négative, les négociations puissent reprendre au plus vite. Il ne serait pas positif pour les personnels de travailler ensuite dans l’urgence, pour une application prévue pour le 1er septembre 2016.

Lien

Tous les articles sur le RIFSSEP : Thème RIFSEEP

PPCR : le mécanisme de la transformation primes en point d’indice

Posted on Updated on

La CFDT a demandé et obtenu que des primes soient transformées en points d’indice.

PPCR Primes en pointsPourquoi avoir prévu cette transformation dans PPCR ?

Afin d’améliorer les pensions de retraite. En effet, les primes ne sont pas prises en compte pour le calcul de la pension de retraite. Le bénéfice de cette transformation n’est donc pas immédiat, mais à terme.

Mais les cotisations salariales sont plus élévées sur le traitement indiciaire que sur les primes : c’est logique, dans les cotisations salariales il y a… les retenues pour la pension ! Pour assurer le maintien du salaire (tout en améliorant donc les retraites), la CFDT a demandé et obtenu une compensation : chaque agent aura un ou deux points d’indice en plus. La CFDT a été attentive à ce que cette compensation assure à tous les agents au minimum le maintien du salaire.

Voilà comment cela se traduit concrètement :

Pour les agents de catégorie C, le traitement mensuel sera augmenté, le 1er janvier 2017, de quatre points (4 x 4,63 € = 18,52 € brut) pour un montant de primes équivalent de trois points (3 x 4,63 € = 13,89 € brut). La différence compensera le montant des retenues pour pension qui sera de 10,29 % en 2017.

Pour les agents de catégorie B, le traitement mensuel sera augmenté de six points le 1er janvier 2016 pour un montant de primes équivalent à cinq points.

Pour les agents de catégorie A, le traitement mensuel sera augmenté de quatre points le 1er janvier 2017 pour un montant de primes équivalent à trois points et de cinq points le 1er janvier 2018 pour un montant de primes équivalent à quatre points.

Si un agent ne percevait aucune prime, il bénéficiera d’une augmentation correspondant à ces points d’indice.

Cette transformation, certes encore modeste, est une première étape vers plus de justice dans la liquidation de la pension.

Pour aller plus loin

URGENT : Votre Dossier annuel et la future indemnité RIFSEEP

Posted on Updated on

Tous les articles sur le RIFSSEP : Thème RIFSEEP

La mise en place prochaine du RIFSEEP qui regroupera, toutes les primes (PPRS, PFI, Astreintes, Sujétions, …) sera principalement basé sur vos fonctions.

Dans ce contexte il nous apparait primordial de vous rappeler que votre dossier annuel doit mettre en évidence des points qui seront pris en compte pour l’évaluation de cette nouvelle indemnité  :

  • Vos capacités
  • Vos compétences et vos activités
  • Vos responsabilités et l’éventuel encadrement dont vous avez la charge
  • L’adéquation entre vos fonctions et votre fiche de poste (http://metiersit.dsi.cnrs.fr/).

Ces renseignements sont à saisir dans la Fiche 2 de votre dossier annuel (l’activité de l’agent étant remplie par l’agent et les missions par le Responsable d’Entretien).

Le calendrier prévisionnel du dossier annuel prévoit une signature des agents entre le 15 et le 26 juin, il est donc encore tant de compléter votre dossier !

Le Sgen-CFDT sera vigilant pour que le changement de régime indemnitaire n’entraine pas une baisse du montant des primes (hors versement exceptionnel).

Le Sgen-CFDT Recherche EPST

———————————————

Le RIFSSEP (Régime Indemnitaire tenant compte des Fonctions, des Sujétions, de l’Expertise et de l’Engagement Professionnel) : Il est destiné à se substituer, pour tous les agents, à toutes les primes fonctionnelles jusque-là applicables. Il va toucher tous les agents ITRF et ITA prochainement.

Le dispositif est articulé autour de deux indemnités :

  • L’indemnité principale est assise sur les fonctions de l’agent : l’indemnité de fonctions, de sujétions et d’expertise (IFSE)
  • Le complément indemnitaire annuel (CIA) permet de reconnaître l’engagement professionnel et la manière de servir de l’agent. Il est facultatif (et particulièrement subjectif puisque sensé récompenser l’engagement professionnel et la manière de servir de l’agent.)

Tous les articles sur le RIFSSEP : Thème RIFSEEP

Bilan PPRS 2014 INRIA

Posted on Updated on

Le Document (voir bas de page) présente un bilan sur la manière dont la Prime de Participation à la Recherche Scientifique a été utilisée à l’Inria en 2014.

L’étude a été réalisée à partir du fichier des bénéficiaires de la PPRS validée en décembre 2014 par la Direction Générale.

Les personnels bénéficiaires mais n’ayant perçu aucun versement en 2014 n’ont pas été pris en compte (par exemple cas de personnel en congé longue durée).

fichier_pdf

Barème des primes au CNRS – PFI

Posted on Updated on

La PFI N’EXISTE PLUS
Plus d’informations sur la nouvelle prime pour les BAP E

 

 

 

 

Cette page est dédiée à la PFI (Prime de Fonction Informatique), si vous désirez des informations sur les autres primes (PRime de recherche, Indemnité d’Administration et de Technicité, Indemnité Forfaitaire pour Travaux Supplémentaires, Prime de Participation à la Recherche Scientifique), veuillez aller sur cette page Barême des primes au CNRS – PPRS – IAT – PR – IFTS

Les informations de cette page sont tirées des documents PDF que vous trouverez en bas de la page :
–  PFI – Circulaire du 23 mai 2005 : La circulaire du 23 mai 2005 relative au régime indemnitaire des fonctionnaires affectés au traitement de l’information établit les conditions et les modalités d’attribution de la PFI au CNRS.
–  PFI – Description des missions par fonction : Ce document est une aide pour passer l’examen PFI. Il fournit, pour chaque fonction, les missions que l’agent doit remplir et la durée de l’audition.
–  PFI – Information générales sur les conditions d’accès à l’examen professionnel : Informations générales l’attention des agents remplissant les conditions leur permettant de se présenter à l’examen professionnel pour l’attribution de la Prime de Fonctions Informatiques (PFI)
–  PFI – Tableau de correspondance emplois-types-fonctions : Ce document permet d’avoir la correspondance entre les corps / Fonctions PFI et montant.

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter la page du site Web du CNRS dédiée à la PFI.

Montant de la PFI suivant la fonction

Les montant sont exprimés en en 1/10000 de la prime. Pour chaque fonction, nous indiquons la durée de perception et le montant mensuel en euros.

Exemple : Un programmeur aura un montant de 108/10000 de la prime après 1 an et recevra donc une PFI mensuelle de 296,44€

Chef de projet
–  139 pendant 1an, soit une PFI mensuelle de 381,53€
–  154 pendant 1an et 6 mois, soit une PFI mensuelle de 422,7€
–  188 après 2 ans et 6 mois. soit une PFI mensuelle de 516,03€

Analyste
–  83 pendant 2 ans, soit une PFI mensuelle de 227,82€
–  94 pendant 2 ans, soit une PFI mensuelle de 258,01€
–  118 après 4 ans. soit une PFI mensuelle de 323,89€

Programmeur système exploitation
–  139 pendant 1 an soit une PFI mensuelle de 381,53€
–  162 pendant 1an et 6 mois soit une PFI mensuelle de 444,66€
–  188 après 2 ans et 6 mois. soit une PFI mensuelle de 516,03€

Programmeur
–  93 pendant 1 an soit une PFI mensuelle de 255,27€
–  108 pendant 1 an et 6 mois soit une PFI mensuelle de 296,44€
–  125 après 2 ans et 6 mois. soit une PFI mensuelle de 343,1€

Chef d’exploitation
–  147 pendant 3 ans soit une PFI mensuelle de 403,49€
–  188 après 3 ans soit une PFI mensuelle de 516,03€

Opérateur
–  32 pendant 1 an soit une PFI mensuelle de 87,83€
–  36 pendant 2 ans soit une PFI mensuelle de 98,81€
–  42 après 3 ans soit une PFI mensuelle de 115,28€

Agent de traitement
–  55 pendant 1 an soit une PFI mensuelle de 150,97€
–  58 pendant 2 ans soit une PFI mensuelle de 159,2€
–  65 pendant 3 ans soit une PFI mensuelle de 178,41€

Les informations ci-dessus proviennent du document “PFI – Tableau de correspondance emplois-types-fonctions”.

Fonction possible suivant le corps

Corps IR
–  Chef de projet ou expert systèmes informatiques, réseaux et télécommunications : Chef de projet(1) ou Analyste(2) ou Programmeur système d’exploitation(3) ou Chef d’exploitation(4)
–  Architecte des systèmes d’information : Chef de projet(1) ou Analyste(2) ou Chef d’exploitation(4)
–  Chef de projet ou expert en développement et déploiement d’applications : Chef de projet(1) ou Analyste(2) ou Chef d’exploitation(4)
–  Chef de projet ou expert en information statistique : Chef de projet(1) ou Analyste(2) ou Programmeur système d’exploitation(3) ou Chef d’exploitation(4)
–  Chef de projet ou expert en calcul scientifique : Chef de projet(1) ou Analyste(2) ou Programmeur système d’exploitation(3) ou Chef d’exploitation(4)
–  Administrateur systèmes informatiques, réseaux et télécommunications : Analyste(2) ou Programmeur système d’exploitation(3) ou Chef d’exploitation(4)
–  Administrateur de systèmes d’information : Chef de projet(1) ou Analyste(2) ou Chef d’exploitation(4)
–  Ingénieur en développement et déploiement d’applications : Analyste(2) ou Chef d’exploitation(4)
–  Ingénieur statisticien : Chef de projet(1) ou Analyste(2) ou Programmeur système d’exploitation(3) ou Chef d’exploitation(4)

Corps IE
–  Ingénieur en calcul scientifique : Chef de projet(1) ou Analyste(2) ou Programmeur système d’exploitation(3) ou Chef d’exploitation(4)
–  Gestionnaire de parc informatique et télécommunications : Analyste(2) ou Programmeur de système d’exploitation(3)
–  Gestionnaire de bases de données : Analyste(2) ou Programmeur de système d’exploitation(3)
–  Développeur, Intégrateur d’applications : Analyste(2) ou Programmeur de système d’exploitation(3)

Corps AI
–  Assistant statisticien : Analyste(2) ou Programmeur de système d’exploitation(3)

Corps T
–  Technicien d’exploitation, de maintenance et de traitement de données : Programmeur

Corps AJT
–  Opérateur d’exploitation et de maintenance informatique : Opérateur ou agent de traitement

Note de bas de page

(1) Ancienneté requise : 5 ans minimum d’exercice des fonctions d’analyste. (2) La décision tenant au choix entre ces fonctions revient au directeur d’unité au regard des responsabilités de l’agent concerné. (3) Ancienneté requise : exercice antérieur des fonctions de programmeur, pupitreur ou chef programmeur. (4) Ancienneté requise : les fonctions de programmeur, de pupitreur ou de chef programmeur doivent avoir été exercées au moins pendant 5 ans.

N.B. : Les fonctionnaires promus dans un corps relevant d’une catégorie de niveau hiérarchique supérieur à celui de la catégorie correspondant à la fonction qu’ils exercent cessent de percevoir la prime attachée à la fonction considérée. Toutefois, les fonctionnaires cessant de percevoir la prime en raison de leur accession en catégorie B reçoivent, pendant deux ans au plus, une indemnité complémentaire égale à la prime de fonctions qui leur était attribuée au moment de leur accession en catégorie B. Cette indemnité évolue, pendant la période maximum de deux ans, dans les mêmes conditions que le traitement soumis à retenue pour pension afférent à l’indice brut 585. L’indemnité est versée pendant la période de deux ans susvisée, sous réserve que le bénéficiaire continue à exercer les fonctions informatiques correspondantes.

Différents documents d’informations :